Paris Match Belgique

Le Hygge : L’art de vivre à la danoise

Le hygge a élevé le bien-être au rang d'art | © Belga

Actualités

D’après un article PARIS MATCH FRANCE de Charlotte Leloup

Au royaume de Margrethe II et du prince Henrik, on ne court plus après le soleil… Pour réchauffer ses hautes latitudes, les préceptes simplissimes du hygge (prononcer « hou-ga ») s’imposent.

Lire aussi : Saint-Valentin : du pain, du vin, des câlins

La méthode serait gage d’une vie heureuse pour ses 5,6 millions d’habitants. Camilla Schousboe vit à Paris depuis dix ans, mais cette Danoise née à Copenhague n’a rien oublié de ses souvenirs d’enfance : « Lorsque je rentrais de l’école, les bougies étaient allumées et la maison sentait bon le gâteau. J’enfilais mes chaussettes de laine tricotées par ma mère et nous passions de longues soirées en famille au coin du feu avec notre chien Thilde. On parlait, on lisait, on faisait des jeux et des coloriages… Le hygge c’est exactement ça : un bien-être de l’instant présent. »

Lire aussi : Du labo au berceau : la chanson qui rend les bébés heureux

Depuis deux ans, Camilla a ouvert son concept store Nordkraft au cœur du Xe arrondissement pour partager cet art de vivre qui séduit aujourd’hui l’Hexagone.
« C’est incroyable comme le hygge est tendance à Paris, explique-t-elle. En ce moment, tout le monde m’en parle ! Je pense que cela séduit car c’est rassurant, protecteur et sans prétention. Les gens ont besoin de ça. Frimer n’est absolument pas hygge ! » En revanche, boire son thé dans sa tasse préférée, ajuster les éclairages de son salon pour une lumière tamisée, aimer les meubles bruts, naturels et sans vernis, dispatcher des plantes vertes, ne pas bouder les gâteaux faits maison et éteindre son téléphone portable est parfaitement hyggelig ! Tout réside dans les subtilités, et la bougie est un incontournable…
Au pays du design et du vélo, on en consomme 6 kilos par an et par habitant, explique Camilla : « La bougie est au Danemark ce que la baguette de pain est à la France ! Mais vous ne verrez jamais un Danois dépenser une fortune pour une chandelle. En France, certaines sont hors de prix alors qu’au Danemark une bougie de qualité brûle lentement et n’est pas parfumée. Ce que l’on recherche, c’est sa source de lumière ! »

Douceur de vivre et couleurs vives dans le quartier de Vesterbro, à Copenhague © Belga

Le hygge pourrait-il soigner tous les maux de ce pays élu en 2016 le plus heureux du monde par le « World Happiness Report », loin devant la France, au 32e rang ? Une chose est sûre, cette pratique collective prône la confiance mutuelle et l’épanouissement personnel. Le hygge s’expérimente dans les foyers en hiver, mais aussi dans les bars, au bureau et même près du barbecue l’été lorsque le soleil est de retour. Si les journées de travail sont matinales au Danemark, elles se finissent aussi très tôt. Dès 17 h 30 et chaque week-end, les rues et les foyers s’animent au rythme du hygge. Café, thé et vin chaud l’hiver, l’heure est hyggelig entre amis et en famille autour des fameux smorrebrods, ces pains de seigle que l’on garnit de crevettes des fjords, saumon fumé, radis, ciboulette, œufs, avocat… Et, pour les Danois, la gourmandise n’a jamais été un vilain défaut : avec une consommation annuelle de 8,2 kilos de bonbons par personne, ils sont les deuxièmes consommateurs de sucreries au monde, juste derrière la Finlande.
« Une vie heureuse est une vie simple », conclut Camilla.

Petit lexique

Hyggelig L’adjectif.
Hyggekrog Désigne le coin hygge de la maison.
Hyggebusker Pantalon confortable que l’on porte chez soi pour le hygge.

CIM Internet