Paris Match Belgique

« Nègre de merde » : Un assistant parlementaire FN suspendu après une vidéo à connotation raciste

La Présidente du Front national Marine Le Pen a été reconduite dans ses fonctions à l'occasion du XVIe Congrès du Front national qui s'est tenu ce week-end à Lille. | © AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN

Actualités

Davy Rodriguez, numéro 2 du Front national de la jeunesse, est au cœur d’une polémique après la publication d’une vidéo à connotation raciste. 

 

Le numéro 2 du Front national de la jeunesse (FNJ) a fait l’objet dimanche d’une suspension du mouvement d’extrême droite après la diffusion d’une vidéo dans laquelle il semble tenir des propos racistes, une version qu’il conteste et tient pour un montage. Davy Rodriguez, par ailleurs assistant parlementaire de Sébastien Chenu, a fait l’objet d’une suspension à titre conservatoire, décision approuvée par Marine Le Pen, a indiqué le député du Nord à l’AFP.

Lire aussi > Marine Le Pen seule au Front

Dans cette vidéo mise en ligne sur plusieurs comptes Twitter samedi soir, on voit l’assistant parlementaire à la sortie d’un bar de Lille, visiblement agité.

« Nègre de merde »

Les personnes qui l’accompagnent tentent de l’apaiser, en faisant référence à la présidente du Front national : « Mais calme-toi, Davy, tu n’as aucun intérêt à t’énerver ! Tu crois que Marine elle aimerait te voir comme ça ? » M. Rodriguez répond qu’il n’en a « rien à foutre ». « Stop, t’es assistant parlementaire », lui rappelle ensuite un autre ami. Puis, le numéro 2 du FNJ semble prononcer: « Espèce de nègre de merde », à l’endroit d’une tierce personne.

La vidéo n’est pas datée. Interrogé par le site BuzzFeed, il a affirmé que la vidéo était « un pur montage », en évoquant « une cabale politique ».

Ancien du Front de gauche qui avait fait la campagne de Jean-Luc Mélenchon en 2012, il a co-fondé le FN de Sciences Po Paris en 2015. Sa suspension intervient en plein congrès du Front national à Lille, censé être celui de « la refondation », et au terme duquel, ce dimanche 11 mars, la présidente réélue Marine Le Pen a proposé de rebaptiser le Front National en « Rassemblement national ».

CIM Internet