Paris Match Belgique

Donald Trump chercherait à interdire une interview de Stormy Daniels

De son vrai nom Stephanie Clifford, la jeune femme affirme avoir entretenu une liaison avec Donald Trump en 2006. © AFP PHOTO | © AFP PHOTO

Actualités

L’actrice de films pornographiques Stormy Daniels, qui affirme avoir eu une liaison avec Donald Trump, a été interviewée par la chaîne CBS. Les avocats du président américain tenteraient d’empêcher la diffusion.

Stormy Daniels va-t-elle finalement raconter son histoire à l’Amérique et au monde ? Selon Buzzfeed, la chaîne de télévision CBS prévoit de diffuser dimanche 18 mars un entretien avec l’actrice pornographique dans son émission emblématique, 60 minutes. De son vrai nom Stephanie Clifford, la jeune femme affirme avoir entretenu une liaison avec Donald Trump en 2006. Elle a reçu un paiement de 130.000 dollars peu de temps avant l’élection présidentielle de 2016 en échange de son silence sur cette relation avec le milliardaire, qui était à l’époque déjà marié avec Melania, et père du petit Barron, né en mars 2006. Toujours selon Buzzfeed, les avocats de Donald Trump tenteraient d’empêcher la diffusion de cet entretien. Mais le New York Times indique que CBS n’a fait état d’aucune mise en demeure à ce sujet.

La semaine dernière, l’avocat de l’actrice, Michael Avenatti, a publié sur Twitter une photo le montrant aux côtés de la jeune femme et du journaliste Anderson Cooper, qui intervient régulièrement dans 60 minutes.

L’avocat a été très actif ces derniers temps, contestant notamment la validité d’une décision confirmant l’interdiction faite à la jeune femme de s’exprimer, au motif que Donald Trump n’a pas signé lui-même le document. Son objectif affiché : permettre à Stormy Daniels de s’exprimer. « Elle veut un occasion de raconter sa version des événements, et advienne que pourra », a dit Michael Avenatti dimanche au Times.

« Pas de questions de paternité »

Sur Twitter dimanche, il a également apporté une précision : s’il est question de « paternité » dans l’accord de confidentialité initialement signé par l’actrice pornographique, il s’agit d’un terme générique, qui ne concerne pas le cas de la relation avec Donald Trump. « Il n’y a pas de questions de paternité dans ce cas. Nous voulons nous assurer que la vérité et seulement la vérité, sur toutes les questions, émerge. »

Lorsque Paris Match l’avait rencontrée, fin février, elle confiait ne pas être libre de s’exprimer sur le sujet de sa liaison avec Trump. Néanmoins, certains détails ont été révélés dans une longue interview au magazine people InTouch, titrée : « Je peux décrire son machin à la perfection. » L’entretien, réalisé en 2011, n’avait pas été publié à l’époque, suite à l’intervention de Michael Cohen, le fidèle avocat de Donald Trump, l’homme qui a versé lui-même 130.000 dollars à Stormy Daniels en octobre 2016.

CIM Internet