Paris Match Belgique

La liberté retrouvée des rescapés de la « maison de l’horreur »

David et Louise Turpin ont plaidé non-coupable de tous les chefs d'accusation, dont torture et séquestration. | © Damian Dovarganes / AFP

Actualités

Sept des treize enfants retenus captifs par leurs parents dans une maison en Californie ont enfin retrouvé la véritable liberté la semaine dernière.

Ils ont connu l’enfermement, l’angoisse, la maltraitance. Durant des années, les 13 enfants du couple formé par David et Louise Turpin ont été retenus captifs chez eux. C’est en Californie qu’ils ont été sauvés, grâce au courage de l’une d’entre eux qui est parvenue à s’enfuir et à prévenir les secours. Tout s’est ensuite très vite enchaîné pour les survivants. Conduits à l’hôpital, ils ont été pris en charge par les services sociaux et ont été conseillés par des avocats. ABC rapporte ce lundi que les sept aînés, tous majeurs, ont enfin retrouvé une liberté totale. Discrètement transportés hors du centre médical où ils se trouvaient depuis leur sauvetage, ils ont été conduits dans une nouvelle demeure au lieu gardé secret, qu’ils peuvent désormais appeler leur maison.

Lire aussi > L’effet Kitty Genovese, ou comment expliquer l’inaction des voisins de la « maison de l’horreur

Des rêves en tête

Avant de s’y rendre, ils ont dû réapprendre tous les gestes simples de la vie courante afin de pouvoir se débrouiller seuls à l’avenir. « Ils ne veulent pas être considérés comme des victimes mais comme des survivants », a déclaré leur avocat cité par ABC. Sitôt installés, les sept frères et sœurs sont allés cueillir des fruits pour la première fois pour se faire des coupes glacées. Ils ont aussi préparé eux-mêmes de la nourriture mexicaine, la toute première de leur vie, a fait savoir leur avocat. Ils consacrent également leur temps à regarder des films, faire du sport et rencontre les psychologues. Et ils ont déjà des rêves plein la tête. D’après leur avocat, ils veulent une vie normale, se marier, avec une carrière, et même devenir infirmières ou médecins. « Ils veulent être indépendants », a-t-il expliqué.

Les six autres enfants, les plus jeunes, ont été placés dans deux familles d’accueil différentes. Les parents Turpin ont été arrêtés début janvier après que l’une des enfants a pris la fuite par la fenêtre et téléphoné aux secours. Selon l’enquête, ils n’autorisaient les victimes qu’à prendre une seule douche par an et les frappait régulièrement. Les enfants étaient parfois enchaînés à leurs lits. David et Louise Turpin ont vu leurs charges s’alourdir fin février pour trois chefs nouveaux d’abus sur mineur alors qu’ils étaient jusqu’à présent visés par de nombreux chefs d’accusation dont douze pour torture, douze pour séquestration, sept pour maltraitance sur adulte et six pour maltraitance ou négligence d’enfant.

CIM Internet