Paris Match Belgique

Avengers : 67 super-héros pour un blockbuster

De g. à dr. : Black Panther (Chadwick Boseman), Captain America (Chris Evans), Black Widow (Scarlett Johansson) et Winter Soldier (Sebastian Stan).

Actualités

Les super-héros Marvel sont presque tous réunis dans le troisième volet de leurs aventures. Soixante-sept personnages au total, pour un film qui s’annonce comme le blockbuster de l’année.

Petit résumé des derniers événements. En 2016, Captain America s’embrouille avec Iron Man, lorsque ce dernier apprend que ses parents ont été tués par l’un de ses amis. La bataille dantesque se déroule sous les yeux de Black Panther. Ce même Black Panther vient de battre tous les records au box-office depuis sa sortie en salle, en février dernier. Depuis le premier Iron Man, en 2008, Kevin Feige, le boss de Marvel, s’est mis en tête de réunir tous les super-héros de la firme dans un seul et même long-métrage. Dix ans et 19 films plus tard, voici Avengers : Infinity War.

Lire aussi > Stan Lee, créateur de nombreux super-héros Marvel, poursuivi pour agression sexuelle

C’est à Anthony et Joe Russo, déjà aux commandes des deux derniers Captain America, qu’a été confiée la réalisation de ce climax. « Ce film est le plus attendu par les fans, racontent les deux frères. Notre défi était d’arriver à combiner plusieurs personnages et plusieurs histoires dans un seul et même récit, en intégrant une vraie dose d’humour. »

Lire aussi > Scarlett Johansson, radieuse pour son premier tapis rouge avec son compagnon 

Le tournage a donc démarré l’an passé en Angleterre et aux Etats-Unis. Anthony et Joe Russo ont pris soin de ne donner à lire aux acteurs que les scènes dans lesquelles ils apparaissaient. « La meilleure manière d’éviter les fuites est de ne rien révéler. Benedict Cumberbatch (Dr Strange) a déclaré avoir eu accès à l’intégralité du scénario, mais c’était celui que nous avions bien voulu lui donner ! »rigolent-ils. « Comme tout le monde, les acteurs ont découvert le film terminé lors de la première à Los Angeles. »

Pour les cinéastes, le plus important était de ne pas tenir compte de la pression des fans, qui ont tous leur avis sur ce que doit raconter ce troisième volet des Avengers. « Nous sommes avant tout des amateurs de comics. Donc nous avons notre propre vision des personnages et nous réalisons le film que nous aimerions voir en tant que spectateurs. » Anthony et Joe essayent aussi de mettre un peu de fond dans des histoires souvent compliquées. « Nous défendons des idées politiques et sociales qui nous tiennent à cœur. Nous vivons dans une société où tout le monde s’interroge sur l’importance de la protection de nos données privées. C’est un thème que nous évoquons dans le quatrième épisode. Le propos qui sous-tend Avengers : Infinity War est celui de la place du héros dans notre vie. Qui va s’élever au-dessus du lot et faire ce qu’il faut pour mener la planète vers quelque chose de mieux ? Est-il possible de s’unir ? Les Avengers incarnent une belle idée : ce sont des gens venus d’horizons très différents qui se retrouvent pour former une équipe ; ils mettent leurs différences de côté et sauvent le monde. Cela pourrait être une jolie métaphore de notre époque… »

 

Pour Marvel, l’enjeu est immense. Avengers : Infinity War comme le quatrième volet, dont la sortie est prévue en 2019 mettront un terme à l’aventure de certains personnages historiques. Iron Man, Thor, Captain America ou Hulk doivent céder leur place à une nouvelle génération, tels les Gardiens de la galaxie ou ce fameux Black Panther. « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec Ryan Googler, le réalisateur de Black Panther, souligne Joe Russo. Nous avions introduit ce personnage dans le dernier Captain America, en sachant qu’on le reverrait sur les écrans. Sans imaginer pour autant que ce serait un tel succès. » En clair, Robert Downey Jr. (Iron Man) devrait retrouver une liberté artistique, alors que Chadwick Boseman (Black Panther) aura du travail pour les dix prochaines années. « Marvel ne nous a donné aucune consigne, soulignent les cinéastes. Nous avons tenté d’écrire la meilleure histoire possible, en tenant compte de cet incroyable casting. Nous avons déjà écrit une fin pour le quatrième volet et disposons d’une année pour déterminer si elle est bonne. »

Lire aussi > Black Panther : Le coup d’éclat de Marvel

Financièrement, Avengers : Infinity War devra battre le record de Black Panther pour s’imposer comme le film ultime de la stratégie Marvel. Mais Kevin Feige sait très bien que ce projet n’est que le début d’autres aventures. Un empire cinématographique est en train de se construire… et personne n’est en mesure de contre-attaquer. Disney, propriétaire de Marvel, est en train de racheter Fox, détenteur des droits des X-Men, autres super-héros qui font frissonner le box-office. Et si cette Infinity War n’était qu’une première bataille ?

Avengers : Infinty War, en salle actuellement.

Trois questions à Anthony et Joe Russo, les réalisateurs de Avengers : Infinity War.

Paris Match. Comment faire cohabiter Iron Man ou Thor avec les Gardiens de la galaxie ?
Anthony et Joe Russo. « C’est l’enjeu qui nous intéressait. Nous nous sommes toujours vus comme des scientifiques un peu fous, qui aiment mélanger des choses qui n’ont rien à faire entre elles. Et cela donne parfois des idées nouvelles, intéressantes. Ces personnages sont tellement stéréotypés que cela ne pouvait que provoquer des étincelles. »

Comment gérer les ego d’autant d’acteurs ?
« Nous étions comme des profs dans une cour de récré. Mais ces gens se connaissent depuis si longtemps qu’ils ont finalement l’impression de faire partie de la même famille. Pour ceux qui savaient que ce serait leur dernier tournage au sein de l’univers Marvel, c’était même très émouvant. »

Dans vingt ans, les Avengers seront-ils aussi iconiques que Star Wars ?
« Le temps le dira, mais nous l’espérons car c’est un moment unique dans l’histoire du cinéma. En Amérique, nous n’avons plus de dieux, plus de mythologies. Ces personnages sont nos nouveaux dieux, ils sont optimistes, inspirants et les gens les voient comme un exemple. Ils définissent donc notre nouvelle mythologie. »

CIM Internet