Paris Match Belgique

L’importance du bicentenaire de Karl Marx pour la Chine de Xi Jinping

Karl Marx Chine

L'événement est également célébré en grande pompe en Chine | © Belga / AFP PHOTO / WANG ZHAO

Actualités

Ce samedi, la ville allemande de Trèves a prévu de fêter en grande pompe l’anniversaire des 200 ans de la naissance de Karl Marx. Exposition, cuvée Das Kapital… Rien n’est trop beau pour commémorer comme il se doit le fondateur du marxisme. Et c’est la Chine qui paie l’addition. 

Au-delà de financer les festivités, Xi Jinping a également fait réaliser une impressionnante statue de bronze à l’effigie de Karl Marx, qui sera dévoilée à Trèves ce samedi dans le cadre des célébrations. Un enthousiasme qui va au-delà de la simple générosité. Car dans un pays autocratique où l’idéologie communiste est mise à mal par une économie de plus en plus capitaliste, le bicentennaire de Karl Marx est l’occasion rêvée pour fédérer la population chinoise autour du parti communiste.

Karl Marx
Belga / AFP PHOTO / dpa / Harald Tittel

Ces dernières semaines, la télévision nationale chinoise a diffusé une série éducationnelle sobrement intitulée Marx a raison, tandis que les hommages dans les médias officiels se multiplient, avec pour message sous-jacent la nécessité de revenir aux idées de Marx et à une population chinoise pétrie d’idéaux. Une volonté partagée par Xi Jinping, qui a consacré un discours galvanisant à Karl Marx à la veille de son bicentennaire, n’hésitant pas à le qualifier de « penseur le plus important de l’Histoire ».

Le Marxisme sera toujours la théorie fondatrice de la Chine et du Parti Communiste. C’est une arme idéologique cruciale pour nous aider à comprendre la société, interpréter la loi, trouver la vérité et changer le monde.
– Xi Jinping

Si la Chine est officiellement un pays socialiste, où le Marxisme est inscrit dans la constitution, en vérité, les concepts de lutte des classes et derévolution des travailleurs ont depuis longtemps été abandonnés dans le pays, qui a adopté une série de réformes du marché dès la fin des 70s et s’est depuis hissé au rang de deuxième économie mondiale. Aujourd’hui, qu’il s’agisse du droit à la propriété privée au consumérisme de masse en passant par l’export du surplus de production, la Chine n’a plus de communiste que le nom et comporte toutes les caractéristiques d’une société capitaliste. Toutes, sauf l’idéologie officielle, qui reste à bâbord toute. Et tant pis si dans le pays, les droits des travailleurs n’ont de cesse de se dégrader.

Salaires en berne, licenciements à la hausse et multiplication des scandales sanitaires remettant en question la sécurité des travailleurs font que ces derniers semblent être toujours plus proches de la révolution préconisée par Marx. Dans un entretien accordé au South China Morning Post, le professeur Kenji Starrs soulignait ainsi que « si les Chinois prenaient le temps d’apprendre sérieusement les préceptes à l’origine du Marxisme, ils réaliseraient que la Chine actuelle n’a plus rien de commun avec cette théorie ». Et pourtant, il est primordial pour le parti de Xi Jinping de parvenir à convaincre les citoyens du contraire. Ainsi que l’a expliqué à Bloomberg Sidney Rittenberg, un journaliste proche de Mao Zedong, « Xi Jinping a besoin de ressusciter l’âme idéologique des Chinois. La Chine a augmenté sa richesse et sa qualité de vie, mais le pays a perdu son âme en chemin, et c’est ça qu’ils essaient de retrouver en mettant autant d’emphase sur l’anniversaire de Karl Marx ».

Lire aussi > Révolte 2.0 en Chine contre le mandat illimité pour Xi Jinping

Karl Marx
Flickr @ Paul Arps

Et parce que l’âme d’un pays n’a pas de prix, le gouvernement de Xi Jinping a commandé une statue spectaculaire de bronze, et paie l’addition pour l’entièreté des festivités organisées à Trèves, où un vin blanc aptement nommé Das Kapital coulera à flots tandis que les curieux pourront naviguer à travers 500 nains de jardin écarlates à l’effigie du philosophe allemand. Un joyeux désordre qui ne dupe pas les habitants de la ville natale de Marx. Michael Schmitz, le porte-parole de la ville de Trèves, a affirmé être « tout à fait conscient que la générosité de la Chine s’inscrit dans le cadre d’un renouveau du Marxisme en Chine ». Et d’ajouter qu’à Trèves, « les habitants sont depuis longtemps un peu honteux de Karl Marx ». Et de rappeler ainsi qu’on a beau être le père d’une doctrine connue dans le monde entier, nul n’est prophète en son pays.

CIM Internet