Paris Match Belgique

Crédibilité zéro : le score Klout, c'est fini

Dans l'épisode "Nosedive" de Black Mirror, les humains sont soumis à la logique du "Klout".

Actualités

Instrument de mesure de popularité du début des années 2010, il avait paradoxalement sombré dans l'oubli ces dernières années. C'est désormais officiel : Klout n'est (presque) plus.

 

Fut une drôle d'époque, aux alentours d'une année aussi technologiquement lointaine que 2015, où le Klout était tout : la couronne virtuelle sur le chef des papes des réseaux sociaux , l'outil d'authentification par et de l'excellence, l'indice de mesure de la popularité des internautes de confiance. Pour l'une des premières fois, l'influence avait un score - mais aussi un coût : au moins une légère addiction aux médias sociaux et à leurs écrans.

Lire aussi > Sophie Turner dénonce la popularité 2.0 qui dicte l’industrie du cinéma

©Unsplash/Courtney Clayton

Façon Black Mirror avant l'heure, les inscrits calquaient leur valeur sur une échelle allant de 1 à 100, sur base d'un algorithme qui s'attachait, notamment, à leurs interractions. En Belgique comme ailleurs, l'application avait donné lieu à quelques classements relayés par la presse, où le top 10 se fêtait comme une couverture du Forbes. Ceux qui y figuraient seront peut-être ceux qui regretteront le plus Klout - les autres étant restés désespérément coincés aux environs de 50, avant de finir par s'en ficher. Car le score n'est plus, ou presque : Klout a prévu son "coucher de soleil" pour le 25 mai 2018, date à laquelle l'app' fermera définitivement ses portes codées.

Lire aussi > Black Mirror avait prédit la nouvelle invention de Pizza Hut

L'annonce a été faite par Lithium, l'entreprise propriétaire de l'ex-innovation : "Klout en tant que service seul ne s'aligne pas sur notre stratégie à long-terme », donne-t-elle comme (presque) seule explication. La compagnie fait seulement savoir qu'elle préfère désormais investir dans l'intelligence articielle et "l'apprentissage machine », de la même manière que les GAFA, comme Google. Remballez donc les tableaux d'honneur, à moins, désormais, que vous n'ayez suffisamment de followers.

CIM Internet