Paris Match Belgique

L’amère supplique de Thomas Markle, le père de Meghan

Meghan Markle, le 14 juillet dernier. | © AFP PHOTO / Geoff Caddick

Actualités

En s’exprimant longuement dans le Mail on Sunday, le père de Meghan, la duchesse du Sussex, ravive les plaies laissées béantes par le mariage de la jeune femme avec le prince Harry.

C’est un feuilleton de jalousie et d’amertume qui empoisonne la couronne britannique depuis l’union du prince Harry et de Meghan, devenue par son mariage duchesse du Sussex. Le personnage principal : Thomas Markle, le père de Meghan, qui estime avoir été mis à l’écart par « la Firme », ainsi que l’on surnomme la famille royale. Dans le Mail on Sunday, le septuagénaire s’épanche longuement -près de 9 heures d’entretien, souligne le journal conservateur- sur une situation qu’il considère injuste. Il avait déjà parlé au Sun concurrent, la semaine précédente.

Recevant les journalistes dans sa maison à Rosarito, au Mexique, Thomas Markle dit penser à sa propre mort. « Les hommes de ma famille ne vivent que rarement plus de 80 ans, alors je serais surpris de vivre encore dix ans. Je pourrais mourir demain. Ce ne serait pas si mal. J’ai une approche de la mort plutôt bouddhiste. Ce serait peut-être plus facile pour Meghan si je mourais. »

Il assure ne plus avoir aucun moyen de contacter sa fille, après que les numéros que lui avaient fournis les assistants de sa fille aient été déconnectés. Selon lui, cette coupure a été la conséquence de critiques qu’il avait formulé à l’encontre de la famille royale, qu’il accusait d’avoir « changé » sa fille. Avant le mariage, Thomas Markle avait organisé une fausse paparazzade. Une « énorme » erreur, reconnaît-il aujourd’hui. Il s’était également répandu dans les médias à propos des désirs d’enfant de sa fille.

« Meghan se croit supérieure »

Mais auprès du Mail on Sunday, la peine du père blessé tourne parfois à l’amertume. Alors que Doria, la mère de Meghan Markle, a été invitée au mariage, son père ironise : « Oh, c’est une fille à maman, maintenant. » Et il se fait même menaçant, en affirmant « avoir atteint ses limites avec Meghan et la famille royale ». « Je refuse de me taire. Ce qui m’agace, c’est que Meghan se croit supérieure. Elle ne serait rien sans moi. J’ai fait d’elle la duchesse qu’elle est aujourd’hui. Tout ce qu’elle est, c’est à moi qu’elle le doit », prétend Thomas Markle.

Ancien directeur de la photographie notamment sur la série Mariés, deux enfants, Thomas Markle avait remporté 750 000 dollars à la loterie, ce qui lui avait permis de financer les onéreuses études de sa fille. En dépit de difficultés financières, il se targue aujourd’hui de n’avoir jamais réclamé un sou à sa fille, devenue riche et célèbre notamment à la faveur de son rôle dans la série télévisée Suits.

Lire aussi > Pour Meghan Markle, le psychodrame familial revient

Décidé à s’exprimer au mépris des exigences de la famille royale, Thomas Markle s’aventure même en terrain sensible en évoquant la princesse Diana, mère du prince Harry. « [La famille royale] fait en sorte que Meghan traite son père d’une manière que la princesse Diana aurait détesté », dit-il, avant d’ajouter : « On attribue à la princesse Diana le fait d’avoir transformé la famille royale, mais elle n’était pas parfaite. C’était encore à bien des égards l’une d’entre eux. » Ces propos ne pourraient-ils pas vexer son gendre? « Que Harry ne me parle plus jamais, je m’en moque. Je survivrai ».

CIM Internet