Fred Fa, le magicien belge de la haute joaillerie créative passe l’ombre à la lumière

Fred Fa, le magicien belge de la haute joaillerie créative passe l’ombre à la lumière

Fred Fa : « J’aime autant dessiner et travailler de mes mains que d’explorer les nouvelles technologies. L’essentiel est que chaque bijou devienne une œuvre à contempler sous tous les angles. » | © DR

Actualités

Son nom est inconnu du grand public : jusqu’il y a peu, Fred Fa réservait son talent à un réseau confidentiel de particuliers attentifs à la richesse de l’objet unique.

Parmi ses clients, un monarque et des artistes de la scène musicale R’n’B ! Il appartient au club très restreint des designers-créateurs free-lance que se disputent aussi les grandes maisons internationales. Plus d’une, en France et en Asie, ont fait appel à son trait de crayon singulièrement artistique.

Passion (presque) secrète

Fondateur, depuis 2009, d’un studio de design et d’un atelier situés à Bruxelles, Fred Fa peut et veut aller au-delà du simple dessin. Quoique le qualificatif « simple » ne convienne guère aux croquis délicats et très aboutis de ce perfectionniste. « Je suis pratiquement né avec un crayon dans la main. La passion du dessin m’a fait découvrir très tôt le monde de la joaillerie. A 16 ans, j’ai décidé d’y consacrer mes études. » Diplômé d’une école réputée alliant maîtrise du dessin et bases de la fabrication, il sera, durant une décennie, le dessinateur d’une prestigieuse maison de joaillerie de notre capitale. Une expérience passionnante, mais dans l’ombre.

Lire aussi > Le bestiaire enchanté de la maison belge Manalys

Depuis le printemps dernier, le créateur préfère la lumière : ses créations – une seule par vitrine ! – sont exposées au Sablon, à la Maison du Diamant. Mieux encore, si l’on désire investir dans un bijou rien qu’à soi, on peut l’y rencontrer et dialoguer sans intermédiaire. « La création vient toujours d’un partage », explique-t-il.

Il n’y a pas de limites

De ces idées communes vont naître croquis, gouache, prototype sculpté à la main et, enfin, un bijou réalisé dans son atelier. Pour que la pièce finie soit très proche de l’élégant dessin soumis au client, Fred Fa combine gestes traditionnels et nouvelles technologies. « Je n’exclus rien, si cela sert le développement de mon projet artistique. Informatique, imprimante 3D et gravure laser permettent d’aller beaucoup plus loin dans la complexité et les détails. Il n’y a plus de limites, comme par le passé. »

De g. à dr. : Bague Fruit de la Vigne, pièce unique (The Special One) composée d’un exceptionnel saphir lilas naturel (10,20 ct), deux tanzanites (6,54 cts), 140 diamants, 171 tsavorites et 52 rubellites. L’Envol du Papillon, manchette or rose et nacre naturelle sertie de 785 diamants, tsavorites et rubellites, prix sur demande.

Voilà comment le designer invente, selon lui, une nouvelle joaillerie taillée dans la liberté de fantasmer, pensée pour susciter l’émotion et dotée d’un fort impact visuel. A ce jeu précieux, les pierres sélectionnées ne peuvent qu’être extraordinaires. Malgré son amour des pièces magistrales, Fred Fa préfère travailler seul, tout en collaborant avec différents maîtres-artisans selon les projets. Si son nom évoque une note de musique, il est donc à la fois soliste et chef d’orchestre…

Pour plus d’infos: La Maison du Diamant 
Place du Grand Sablon 19, 1000 Bruxelles. 
02 512 38 63
 Fred Fa : www.privilegecreation.com

CIM Internet