Paris Match Belgique

Moscou et Trump : le FBI enquête officiellement

Nu doute que James Comey se trouve désormais sur la liste noire personnelle de Donald Trump. | © AFP PHOTO / Brendan Smialowski

Le grand patron du FBI a fait savoir au Congrès américain qu’il enquêtait désormais officiellement sur les soupçons de liens entre le Kremlin et Donald Trump durant sa campagne. Une déclaration à la suite de laquelle le président a clamé, sans surprise, « fake news ».

Le directeur du FBI James Comey a confirmé lundi l’existence d’une enquête sur les tentatives d’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016, et notamment sur une possible « coordination » entre des membres de l’équipe Trump et le gouvernement russe.

Lire aussi > Donald Trump sous surveillance : pas de preuves, pas d’écoutes

« J’ai reçu l’autorisation du ministère de la Justice de confirmer que le FBI, dans le cadre de notre mission de contre-espionnage, enquête sur les tentatives du gouvernement russe de s’ingérer dans l’élection présidentielle de 2016 », a déclaré James Comey lors d’une audition à la Chambre des représentants. « Cela inclut des investigations sur la nature de tout lien entre des individus liés à l’équipe de campagne Trump et le gouvernement russe, et pour déterminer s’il y a eu coordination entre la campagne et les efforts russes », a-t-il ajouté.

Les Démocrates ont inventé et poussé l’histoire russe comme excuse pour avoir mené une horrible campagne

La réaction du président ne s’est pas faite attendre, notamment sur Twitter où il a déclaré que l’ancien chef des services secrets James Clapper avait déjà établi qu’il n’existait aucune preuve de liens entre Trump et la Russie, avant de clamer son mantra habituel sur les « fausses informations » qui semblent ronger les États-Unis depuis son élection. « Les Démocrates ont inventé et poussé l’histoire russe comme excuse pour avoir mené une horrible campagne », a-t-il encore dit, avant de revenir sur les supposés contacts d’Hillary Clinton avec les Russes. « Est-ce vrai que le parti démocrate ne laisserait pas le FBI enquêter ? », a demandé publiquement Donald Trump.

La question et d’autres encore resteront un moment sans réponse, puisque James Comey a précisé qu’il ne serait pas en mesure de partager des informations tant que l’enquête sera en cours. « Nous devons protéger la vie privée des gens. Nous devons nous assurer que nous ne donnons pas à d’autres personnes des indices sur vers quoi nous tendons. Nous devons être certains de ne pas donner d’informations à nos adversaires étrangers sur ce que nous savons et ce que nous ne savons pas », a déclaré le patron du FBI.

Lire aussi : La feuille d’impôts de Trump, une fuite qui fait la joie des Républicains

« Je sais que spéculer fait partie de la nature humaine, mais ce n’est vraiment pas juste de tirer des conclusions simplement parce que je dis que je ne peux pas faire de commentaires », a-t-il encore ajouté devant le Congrès américain.

Avec Belga