La Première ministre néo-zélandaise rappelle que les migrants sont ici « chez eux »

attaques, nouvelle zélande

Jacinda Ardern s'exprimant à la télé néo-zélandaise le 15 mars 2019. | © TV New Zealand/AFP

Actualités

Au moins 49 personnes ont été tuées dans une fusillade à Christchurch en Nouvelle-Zélande. La Première ministre, Jacinda Arden, rappelle que les migrants et les réfugiés sont « des nôtres ».

La Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Arden, a tenu un discours ce vendredi après les fusillades qui ont eu lieu dans deux mosquées à Christchurch. Cette attaque, qualifiée « d’acte de violence sans précédent » par la Première ministre, a fait plus de 45 morts.

« Clairement, c’est un des jours les plus sombres pour la Nouvelle-Zélande » commence la Première ministre. « Ce qu’il vient d’arriver est un acte de violence sans précédent. » 

Elle décide ensuite de s’adresser directement aux migrants et réfugiés dans le pays. « Il se peut que beaucoup de ceux qui ont été affectés directement par la fusillade soient des migrants, ou même des réfugiés, qui ont décidé de faire de la Nouvelle-Zélande leur maison, et ils sont chez eux » souligne-t-elle. Elle continue en insistant « they are us », signifiant « ils sont des nôtres ». « La personne qui a perpétué cette violence contre nous ne l’est pas. Il n’y a pas de place en Nouvelle-Zélande pour de tels actes de violence sans précédent. » poursuit-elle.

Lire aussi > Ce que l’on sait des fusillades dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande

Réactions internationales

Les différents chefs d’État n’ont pas tardé à réagir, en commençant par Charles Michel qui s’adresse directement aux Néo-Zélandais en anglais.

« Les mots me manquent ce matin. Nous pouvons seulement rester debout en solidarité et pleurer la perte de tant de vies. Nous serons inflexibles contre la haine et l’intolérance. Ces actes violents ne feront que renforcer notre détermination. L’amitié de la Belgique est avec le peuple de Nouvelle-Zélande. »

Scott Morrison, le Premier ministre australien, apporte également son soutien. « La Nouvelle-Zélande, comme l’Australie, abrite des personnes de toutes confessions, cultures et origines. Il n’y a absolument aucune place dans l’un ou l’autre de nos pays pour la haine et l’intolérance qui a engendré cette violence extrême et terroriste, et nous la condamnons. »

« Au nom du Royaume-Uni, mes plus sincères condoléances au peuple néo-zélandais après l’horrible attentat terroriste à Christchurch. Mes pensées sont avec tous ceux qui sont touchés par cet acte de violence écœurant » déclare la Première ministre britannique, Theresa May.

« Ma sympathie la plus chaleureuse et mes meilleurs vœux vont au peuple néo-zélandais après l’horrible massacre dans des mosquées. 49 personnes innocentes sont mortes sans raison, avec tant de blessés graves. Les États-Unis soutiennent la Nouvelle-Zélande autant que nous le pouvons » annonce Donald Trump, président des États-Unis.

Le président français, Emmanuel Macron, a aussi réagi sur Twitter.

CIM Internet