Discovery Festival : L’événement bruxellois qui mélange cinéma et musique

Discovery Festival : L’événement bruxellois qui mélange cinéma et musique

musique, cinéma, festival

Image d'illustration. | © Unsplash / Krists Luhaers

Actualités

La toute première édition du Discovery Festival se tenait ce jeudi à Bruxelles. Paris Match Belgique s’est rendu à l’événement qui mélange cinéma et musique.

 

Pour sa toute première édition, le Discovery Festival a décidé de s’établir à la Tricoterie de Bruxelles. Le fondateur du festival, Henry Gillet, nous confie avoir choisi ce lieu car « cette vieille bâtisse incarne un côté artisanal et authentique, comme à la maison ».

festival, musique, cinéma
Presque 400 personnes étaient présentes à la soirée, mélangeant partenaires, professionnels, et spectateurs. © Paris Match Belgique

La soirée était surtout l’occasion de découvrir en avant-première des films et de la musique, tous accompagnés dans leur processus de production par la Y-House. Au programme : 4 films et 5 musiciens. En guise de préouverture, Henry Gillet prend son nom de scène pour assurer le show. Dix ans après leur 1er album, Henry Bliss & The Sidewalkers font leur retour sur scène. Le chanteur explique qu’il a voulu trouver une stabilité à la naissance de sa fille, et qu’il s’est donc tourné vers la production. « Je trouvais important d’aider des artistes à réaliser leurs rêves et les accompagner ». Il ne fait pas pour autant un trait sur sa carrière d’artiste. Il confie d’ailleurs en exclusivité à Paris Match que son deuxième EP sortira en décembre 2019.

Concernant le festival, il nous explique que l’idée lui est venue il y a 6 ou 8 mois. « Le milieu artistique est très sélectif. Notre volonté était d’être un tremplin pour ces artistes qui n’ont pas forcément les moyens de s’autoproduire. »

festival, musique, cinéma
Henry Bliss & The Sidewalkers, de retour 10 ans après leur premier album. © Paris Match Belgique

Une soirée très hétérogène

La soirée commence par le film Emma Peeters, le second long métrage de Nicole Palo. Alors qu’elle approche de ses 35 ans, l’héroïne du long-métrage est certaine d’avoir raté sa vie. Elle décide alors de se supprimer. Au cours de ses préparatifs, elle rencontre un employé de pompes funèbres qui va lui apporter un soutien inattendu. Cette comédie a nécessité 7 ans de travail pour la réalisatrice. Pour le besoin d’une scène, elle explique avoir demandé de l’aide à la Y-House qui a pu la mettre en lien avec plusieurs artistes. Elle flashe tout de suite sur une chanson qui correspond totalement au film : « Elle va » de Oren.

Et c’est d’ailleurs avec Oren que la soirée continue. Accompagné de sa guitare, il nous fait découvrir son univers musical le temps de trois chansons. Il finit avec sa chanson « Elle va », qui tout comme le film de Nicole Palo, sortira le 17 avril prochain.

Lire aussi > Le Festival « Elles tournent » met les réalisatrices à l’honneur

La soirée enchaîne avec un autre film qui sortira en salles en juin 2019. Premier long métrage de sa réalisatrice, Virginie Gourmel, Cavale raconte l’histoire de Kathy, une adolescente qui n’a qu’une idée en tête : fuir l’établissement psychiatrique dans lequel on l’a enfermée. Accompagnée de ses compagnes de chambrée, Nabila et Carole, elles fuguent, mais rien ne se passe comme prévu … Pour la musique, Virginie Gourmel fait appel à Dan Klein, fondateur du groupe Vismets. Une rencontre entre la réalisatrice et le compositeur de nouveau possible grâce à la Y-House. « Notre objectif est de créer du lien » explique Henry Gillet, « en allant aussi bien dans le cinéma que la musique, et en créant un grand réseau ».

Plusieurs autres artistes et cinéastes se sont enchaînés tout au long de la soirée, devant un public de presque 400 personnes visiblement conquis. « Notre rêve est d’incarner la fabrique de liens [slogan de La Tricoterie, NDLR] entre le public et les professionnels » conclut Henry Gillet.

CIM Internet