Paris Match Belgique

Attentats de Bruxelles : L’officier de liaison accusé de négligence échappe à la procédure disciplinaire

Sébastien Joris s'était défendu devant la commission fin janvier 2017. | © BELGA PHOTO DIRK WAEM

Actualités

Après que l’officier de liaison Sébastien Joris et son supérieur aient désavoué Jan Jambon devant la commission attentats, le Ministre de l’intérieur abandonne l’idée d’une procédure disciplinaire.

 

Aucune procédure disciplinaire n’a été ouverte contre l’officier de liaison Sébastien Joris, rapportent lundi les titres Mediahuis. Celui-ci avait été accusé de négligence par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon dans le cadre du retour du terroriste Ibrahim El Bakraoui en Belgique via la Turquie.

Lors de son audition en commission d’enquête, M. Jambon avait indiqué qu’une décision quant à une éventuelle procédure disciplinaire était encore possible jusqu’au 31 mars. Celle-ci ne sera pas lancée, mais Jan Jambon souligne que toutes les dispositions sont prises afin qu’un cas de figure comme celui survenu en Turquie ne se reproduise plus.

« M. Joris a apparemment suivi la procédure. Son supérieur l’a confirmé », poursuit le ministre. « Mais dans ce cas, nous devons adapter la procédure. Ce n’est plus une question de discipline, mais cela n’écarte pas le fait qu’une erreur ait pu être commise dans le chef de l’officier ».

Lire aussi > Sébastien Joris et son supérieur contredisent le ministre de l’Intérieur Jan Jambon

Une négligence ardemment contestée

L’officier de liaison Sébastien Joris s’était déjà précédement défendu devant la commission attentats, faisant suite aux révélations de Paris Match Belgique sur la présence du président de la N-VA Bart De Wever, au lendemain des attentats belges, à une réunion avec les responsables de la police au cabinet de Jan Jambon.

BELGA PHOTO ERIC LALMAND – Sébastien Joris (droite) et son supérieur Peter De Buysscher lors de leur audition.

48 heures après cette longue entrevue, le ministre de l’Intérieur avait décidé d’incriminer devant le Parlement et la presse Sébastien Joris comme le seul coupable de manquements en amont des attentats. Joris avait alors été accusé d’avoir laissé filer le futur terroriste en manquant d’informer sa hiérarchie à temps.

Lire aussi > Quel rôle a joué Bart De Wever le lendemain des attentats de Bruxelles ?

Joris n’avait pas participé à cette réunion pourtant décisive dans le dossier, puisque c’est à ce moment que M. Jambon avait décidé de démissionner, avant de se raviser le lendemain et d’accabler le surlendemain l’officier en l’accusant d’avoir manqué d’implication et de proactivité.

Avec Belga

CIM Internet