Paris Match Belgique

L’incroyable récit de la mort (constipée) d’Elvis Presley

elvis presley

Image d'illustration. | © Flickr / Thomas Hawk

Actualités

Le 16 août 1977, Elvis Presley est victime d’une crise cardiaque. Mais encore ?

C’était il y a 42 ans jour pour jour. Le 16 août 1977, le King disparaissait, laissant l’Amérique toute entière en deuil. Victime d’une arythmie cardiaque, Elvis Presley fut retrouvé par sa fiancée Ginger Alden, le corps gisant sur le carrelage de sa salle de bain.

Deux décennies plus tard, on découvrait dans le livre Le King et Dr Nick, publié en 2010 par l’ancien médecin personnel du chanteur George Nick Nichopoulos, que leur idole aurait succombé à des crises de constipation chronique. Des révélations mises en doute par ceux qui préfèrent accuser les drogues et les cocktails d’antidépresseurs dont se gavait la star à la fin de sa vie.

Mort sur le trône

Si d’après le médecin légiste, la cause de cette arythmie n’est pas clairement identifiée, l’autopsie aurait toutefois révélée la présence de selles vieilles de plusieurs mois dans l’intestin du rockeur mythique de 42 ans. C’est en tous cas ce que rappelle Le Point dans un podcast diffusé ce jeudi, révélant d’intrigants détails sur les circonstances de la mort du King.

« Merde alors »

Avec un ton pour le moins épicé et non sans retenue, le quotidien français revient sur le jour où Elvis est mort sur le trône. « La veille de sa mort, Elvis Presley emmène sa jeune fiancée Ginger au cinéma », commence le narrateur. De retour à Graceland, son manoir situé à Memphis, l’idole des jeunes filles s’apprête à vivre une longue nuit de souffrances. « Vers 4 heures du matin, son infirmière de nuit lui prépare un cocktail d’antidépresseurs et de somnifères (…) Mais deux heures plus tard, Elvis est toujours éveillé », poursuit le podcast. « Il absorbe alors un deuxième cocktail de somnifères, puis un troisième encore deux heures plus tard. »

Lire aussi > L’ancienne maison d’Elvis Presley est à louer

« Avant de se recoucher, le King se dirige vers les toilettes (…) Le malheureux souffre de constipation chronique. Le lendemain, Ginger se réveille vers 13 heures sans s’inquiéter d’être seule au lit. » En poussant la porte de la salle de bain, le mannequin découvre son fiancé au sol « le pyjama baissé », son visage « baignant dans une mare de vomi ». Elvis est mort, ne peuvent que constater les médecins. « Merde alors », lâche Le Point dans un élan audacieux, qui n’aura pas échappé aux critiques des défenseurs de la mémoire du roi du rock.

CIM Internet