Paris Match Belgique

Liège a la vocation d’une grande métropole

Après un accroc de santé qui ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir, le bourgmestre de Liège se concentre sur les nouveaux défis ! | © DR

Actualités

Le bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, se concentre sur les nouveaux défis, évoque les grands projets en chantier ainsi que les dix dernières années véritablement fondatrices du nouveau Liège. Une vision dont on perçoit aujourd’hui plus précisément les lignes directrices et qui pourrait se résumer en un mot : rendre Liège désirable !


Par Philippe Fiévet

Paris Match. Avant tout autre considération, comment vous portez-vous ?
Willy Demeyer. Bien, merci. J’ai retrouvé toutes mes capacités cardiaques et les médecins sont rassurants à ce propos. Bien sûr, je vais suivre leurs prescriptions à la lettre ainsi que les exercices de validation. Mais je suis prêt pour affronter les nouveaux défis. Et c’est quand on a un souci de santé que l’on se rend encore plus compte de l’importance de la sécurité sociale et du financement des soins de santé.

Justement, parlons-en. Quel est l’objectif final ?
Le défi majeur pour Liège, c’est de lui permettre d’assurer pleinement son statut de métropole. J’entends par ce terme une ville et ses environs, ce que nous appelons Le Grand Liège, un ensemble constitué d’au moins 600.000 habitants et qui a vocation de devenir un phare pour tous, à savoir les chercheurs, les étudiants, les candidats investisseurs. La Métropole liégeoise doit fédérer les acteurs que sont l’Université, l’aéroport, le port autonome, les outils économiques, ainsi que les réseaux associatifs et citoyens et les opérateurs culturels. A cet effet, la ville de Liège a misé sur une stratégie qui s’appuie d’abord sur sa vocation culturelle et patrimoniale. Peu de villes de notre taille dispose à la fois d’un philharmonique, d’un opéra, de nombreux théâtres et musées, d’une multitude de festivals et d’un foisonnement d’initiatives sur le plan culturel et artistique.

De quelles natures sont ces investissements ?
Des rénovations conséquentes pour permettre aux artistes de s’exprimer dans les meilleures conditions et aux spectateurs d’être bien accueillis. A Liège, nous avons voulu mettre le beau à la portée du plus grand nombre C’est ce que nous avons fait, souvent en partenariat pour l’Opéra, le théâtre de Liège à l’Emulation, la salle philarmonique, le Musée de la Boverie, le Grand Curtius, les cinémas d’Art et d’Essai à la Sauvenière, … La culture est l’une des pierres angulaires du Nouveau Liège. La deuxième concerne l’accessibilité et la mobilité.

Avec le tram ?
Oui, bien sûr, mais aussi l’ouverture de la gare TGV il y a dix ans et qui fait de Liège une ville TGV reliée à Paris, Cologne, Frankfort. On ne peut pas non plus passer sous silence le beau succès de l’aéroport, premier aéroport fret de Belgique, du port fluvial, le troisième port intérieur d’Europe doté d’un trilogiport, cette plateforme multimodale qui est une plaque tournante du transport de marchandises en Europe. Et puis, bien sûr, le tram qui sera opérationnel en 2022 et reliera le stade du Standard à Coronmeuse et va véritablement transformer la vie des Liégeois en s’appuyant sur deux parkings de délestage de 1300 places situé pour moitié à Bressoux-Droixhe, et pour l’autre au stade du standard. Tous ces investissements que j’ai évoqués représentent sans doute plus d’1 milliard d’euros.

On parle aussi beaucoup des grands chantiers de régénération urbaine dont les conséquences immédiates seront la disparition de friches ?
C’est d’autant plus important que cela va transformer la qualité de vie de nos concitoyens et rendre Liège désirable ! Nous avons déjà « la Belle Liégeoise » ainsi que nous surnommons la passerelle reliant la gare des Guillemins au parc de la Boverie. Nous avons aussi réalisé une réappropriation des quais de la Meuse désormais accessibles aux promeneurs et aux vélos qui a le mérite de rendre la Meuse aux Liégeois et nous allons poursuivre dans cette voie afin de permettre à ceux-ci de vivre pleinement leur proverbiale convivialité. Et nous travaillons aussi à la création d’espaces publics et d’espaces verts de référence dans tous les quartiers de la Ville.

Dans cette optique, quels sont les projets à l’œuvre ?
Au-delà de l’emblématique tram, nous allons développer le Val Benoît et en faire un zoning vertical centré sur l’activité économique nouvelle. Le quartier des Guillemins va bientôt bénéficier d’investissements privés en matière de logements et de bureaux. A cet égard, j’observe que l’investissement public de qualité engendre l’investissement privé, c’est un véritable appel d’air ! Par ailleurs, nous allons également rénover le quartier de Bavière et en faire un quartier mixte qui bénéficiera de la nouvelle bibliothèque, ce qui permettra sans nul doute au quartier d’Outremeuse de se développer. Enfin, le quartier Bressous-Droixhe va connaître l’installation d’un nouveau hall des Foires avec un développement mixte, là aussi, avec des logements. Et puis n’oublions pas l’écoquartier de Coronmeuse sur les 25 hectares initialement prévus pour accueillir l’expo 2017 si nous l’avions obtenue. La aussi, nous bénéficions de Fonds européens sur tous ces projets majeurs qui serviront d’effets déclencheurs pour booster l’économie et supprimer les lieux de déshérence.

En conclusion ?
Ce qui me réjouit le plus, c’est de constater globalement l’adhésion des citoyens au nouveau visage de Liège. Maintenant, grâce à des schémas de développement territorial à l’échelle de la Province et de l’arrondissement, et d’un plan urbain de mobilité, nous allons pouvoir privilégier une mobilité collective et durable. Nous allons tous dans le même sens, en poursuivant les mêmes objectifs : que la mobilité soit un atout et non une contrainte, et cela dans un contexte où la ville offre de nouvelles perspectives en se montrant responsable sur le plan climatique! C’est d’ailleurs dans cette optique que nous allons réintroduire le téléférique à Liège pour relier son centre à la Citadelle !

Mots-clés:
Liège Willy Demeyer
CIM Internet