Paris Match Belgique

Sondage présidentielle française : Macron gagne encore un point

Emmanuel Macron près de chez lui, à Paris, mercredi. | © CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Actualités

Au lendemain du débat de l’entre-deux-tours, Emmanuel Macron gagne un point d’intentions de vote dans le sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match.

 

Emmanuel Macron a effacé ses pertes. Alors qu’il avait reculé de deux points depuis le premier tour, le candidat d’En Marche ! en a regagné deux depuis lundi. Il est désormais crédité de 61% (+1 par rapport à mercredi) d’intentions de vote, contre 39% pour Marine Le Pen (-1). Ces résultats, tirés du sondage quotidien sur la présidentielle réalisé par l’Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud-Radio, s’appuie sur un échantillon de sondés qui n’a que très partiellement été exposé au très agressif débat de mercredi soir. La vague de vendredi comptera un nombre plus important de sondés susceptibles d’avoir regardé le duel télévisé Macron-Le Pen.

Lire aussi > Débat présidentiel : Pour Jean-Marie Le Pen, sa fille a « manqué de hauteur »

Autre point notable de la vague de ce jeudi : l’intention de participation est à son meilleur niveau depuis le premier tour. Parmi les sondés, 75% affirment avoir l’intention de se rendre aux urnes. Cette proportion reste néanmoins très faible en regard des taux de participation constatés lors des seconds tours de présidentielles : 79,71% en 2002, 83,97% en 2007 et 80,35% en 2012.

Les électeurs de Fillon et Mélenchon n’ont jamais été aussi nombreux à déclarer une intention de vote pour Macron

Il est vrai qu’une part non négligeable des électeurs du premier tour a l’intention de se tenir à l’écart du vote par une abstention ou un vote blanc ou nul : 36% des électeurs de Mélenchon sondés sont dans ce cas ou refusent de se prononcer, 18% des électeurs de Hamon et 22% des électeurs de Fillon. Il reste néanmoins que la part des pro-Mélenchon et des pro-Fillon prêts à mettre un bulletin Macron dans l’urne n’a jamais été aussi importante : 53% des électeurs du candidat insoumis et 49% des électeurs du candidat de droite.

©AFP PHOTO / LOIC VENANCE – Les Français sont invités à voter pour leur candidat favori ce dimanche 7 mai.

Concernant le pronostic de victoire, 57% des sondés (stable) pensent qu’Emmanuel Macron va l’emporter, 26% (+1) ne savent pas et 17% (-1) croient à la victoire de Marine Le Pen.

Les retombées du débat

Cela ne fait aucun doute : Emmanuel Macron a remporté le match du débat de l’entre-deux-tours qui a souvent tourné au pugilat avec Marine Le Pen. Quarante-sept pour cent des personnes interrogées par l’Ifop désignent le candidat d’En Marche! comme celui qui a fait la meilleure prestation lors de ce débat contre 20% pour Marine Le Pen. « Il y a un KO clair en faveur d’Emmanuel Macron, analyse Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop. Jamais un écart aussi important n’avait été observé. Il n’y avait que 14 points d’écart entre Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy en 2007 et seulement 8 entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, alors président sortant, en 2012 ».

©AFP PHOTO / POOL / Eric FEFERBERG – Marine Le Pen et Emmanuel Macron lors du débat télévisé du 3 mai 2017.

Pire pour la candidate du Front national : ils ne sont que 58% parmi ses électeurs du premier tour à juger qu’elle a remporté le débat. « C’est une sorte d’intériorisation de la part de ses électeurs qu’elle a raté ce débat », ajoute Frédéric Dabi. « Les deux électorats périphériques de Jean-Luc Mélenchon et François Fillon considèrent qu’Emmanuel Macron a réalisé la meilleure prestation ». Il faut néanmoins noter que 19% des personnes interrogées n’ont été convaincues ni par l’un ni par l’autre, un pourcentage bien au-dessus de celui observé lors des sondages de 2007 (8%) et 2012 (7%).

Lire aussi > Barack Obama soutient Emmanuel Macron « pour aller de l’avant »

Mais, rappelle le directeur général adjoint de l’Ifop, le débat n’a pas fait bouger les lignes : seuls 4% des personnes interrogées ont expliqué que le débat leur a fait changer d’avis. Néanmoins, 66% des sondés estiment que ce « pugilat politique » a permis d’en savoir plus sur la personnalité des deux candidats.

CIM Internet