Paris Match Belgique

Que s’est-il réellement passé au château de Balmoral entre Margaret Thatcher et Elisabeth II ?

the crown margaret thatcher elisabeth II

Extrait de l'épisode 2 de la saison 4 de "The Crown", avec Gillan Murphy dans le rôle de Margaret Thatcher (à droite) et Olivia Colman en Elisabeth II (à gauche).

Actualités

Quelle est la part du vrai et du faux dans le captivant épisode 2 de la nouvelle saison de The Crown ?

 

Netflix vient de dévoiler la très attendue quatrième saison de The Crown ce dimanche 15 novembre. Une saison chargée en rebondissements historiques, et qui se concentre sur la vie de la famille royale britannique entre la fin des années 1970 et le milieu des années 1980. La visite de Margaret Thatcher et de son mari à Balmoral en 1981, fait l’objet d’un épisode à lui tout seul intitulé « L’épreuve de Balmoral ». L’épisode relate l’invitation faite par la reine Elisabeth II à celle qui venait d’être élue Première ministre des Royaumes-Unis, une forme de tradition. Seulement, le séjour s’est transformé en véritable « purgatoire » pour celle que l’on surnommait pourtant la Dame de Fer.

Lire aussi > La famille royale britannique furieuse contre la dernière saison « The Crown » (et on comprend pourquoi)

Dans The Crown, Peter Morgan a décidé de tourner l’événement à la véritable catastrophe, mettant en scène un accueil glacial de la famille royale, conventionnelle à l’excès, méprisante et ouvertement sarcastique. Une scène particulièrement embarrassante montre Margaret Thatcher (volontairement?) mal informée des conventions royales et vêtue d’un manteau bleu vif sans savoir qu’elle se rend à une partie de chasse en compagnie de la reine Elisabeth II. Elle est finalement obligée de rebrousser chemin pour aller se changer car elle les empêche de se fondre dans la masse. Les propos de la Première ministre dans la série sont à la fois durs mais révélateurs d’un entrechoquement des classes : « J’ai du mal à trouver le moindre trait positif à ces gens. Ils ne sont ni sophistiqués, ni cultivés, ni élégants. Ils n’ont rien d’idéaux ils sont… », avant d’être interrompue par son mari, « Grossiers, snobs et impolis? ». Le ton est donné.

Mais que s’est-il vraiment passé historiquement ?

En 1979, Margaret Thatcher est élue première femme Premier ministre de Grande-Bretagne. Elle occupera ce poste jusqu’en 1990 et reste aujourd’hui une figure qui polarise l’opinion. Son ère de politique conservatrice et nationaliste fait encore écho aujourd’hui. Elle et la reine Elisabeth II ne s’entendaient pas pour un sou, et les visites à Balmoral étaient même perçues comme une forme de « purgatoire » par la femme politique selon le biographe de la Reine, Ben Pimlott. Du côté d’Elisabeth II, le château de Balmoral en Écosse était son endroit préféré pour échapper aux photographes et à la foule. Au programme ? Promenades dans les Highlands, pique-niques et parties de pêche ou de chasse.

Lire aussi > Cette petite phrase assassine que le prince Charles a lâché à Lady Di la veille de leur mariage

Contrairement au palais de Buckingham et au château de Windsor, qui appartiennent à la Couronne, Balmoral est une propriété privée appartenant aux Windsors. Depuis des générations, la reine y emmène sa famille et a pour tradition d’inviter le Premier ministre pour un court séjour. Un séjour auquel Margaret Thatcher a eu la (mal)chance d’être conviée. Selon les dires, la Première Ministre considérait Balmoral comme un « monde différent », où cette acharnée de travail avait l’impression de perdre son temps. Les relations entre les deux femmes se sont envenimées au fur et à mesure des années, devenant même glaciales. La détestation de Thatcher pour Balmoral n’a sans doute pas amélioré les choses.

Doit-on lui en tenir rigueur ? Dans son livre Diana : Her True Story, basé sur des entretiens avec la princesse Diana elle-même, Andrew Morton écrit : « Depuis que la reine Victoria a acheté le domaine en 1848, il occupe une place particulière dans les affections de la famille royale. Cependant, les bizarreries et les traditions familiales obscures qui se sont accumulées au fil des ans peuvent intimider les nouveaux venus. Ne restez pas assis là », disent-ils en chœur à un malheureux invité assez fou pour essayer de s’asseoir sur une chaise dans le salon qui a été utilisé pour la dernière fois par la reine Victoria. Ceux qui réussissent à naviguer sur ce champ de mines social, communément appelé « le test de Balmoral », sont acceptés par la famille royale. Ceux qui échouent disparaissent des faveurs royales aussi vite que les brumes des Highlands vont et viennent ».

Lire aussi > Prince Harry : James Hewitt, l’amant de Diana qui lui ressemblerait tant

Quand à Thatcher, le biographe John Campbell écrit : « Mme Thatcher détestait devoir aller une fois par an à Balmoral. Elle ne s’intéressait pas aux chevaux, aux chiens ou aux sports de campagne et considérait la vie en plein air – longues promenades et pique-niques par tous les temps – que la famille royale appréciait en vacances, comme un « purgatoire ». Bien qu’elle ait souvent déclaré aux enquêteurs qu’elle n’aimait rien de mieux qu’une promenade à la campagne, elle n’a jamais eu de chaussures adéquates et a été obligée d’emprunter des Hush Puppies ou des green wellingtons. Elle avait hâte de partir et le dernier matin, elle s’est levée à six heures comme d’habitude, avec sa lettre de remerciement écrite, impatiente de partir dès que Denis serait prêt. La Reine était presque certainement aussi heureuse de la voir partir ». Une description qui colle assez bien à la série, tout comme ce cliché pris à l’époque…

balmoral thatcher elisabeth II
The Telegraph.
CIM Internet