Paris Match Belgique

Brussels Jazz Weekend : Un nouveau festival de jazz fera vibrer la capitale durant trois jours

Image d'illustration. | © BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Actualités

Pour sa première édition, le Brussels Jazz Weekend propose des concerts gratuits dans le centre-ville et à Ixelles. Au-delà de sa proposition musicale, il se démarque par ses démarches résolument « technophiles ».

 

C’est le remplaçant officiel du Brussels Jazz Marathon, qui a animé des années durant la Grand place : le Brussels Jazz Weekend aura lieu ces vendredi, samedi et dimanche dans le centre-ville de Bruxelles et à Ixelles. Sa particularité, au sein d’une scène parfois peu accessible ? Sa gratuité : le festival, qui regroupe du jazz bien sûr, mais aussi du blues, funk et musiques du monde, propose des concerts gratuits sur des places publiques de la ville.

C’est ainsi que tout le week-end, la Grand place, celle de Sainte-Catherine, du Sablon, du Luxembourg et de Fernand Cocq à Ixelles, vibreront au son d’un genre emblématique en Belgique. Sur la Grand place, les têtes d’affiche seront Daniel Romeo & The Crazy Moondog Band vendredi, Marc Lelangue & The Heavy Muffulettas samedi et Antoine Pierre « Urbex » dimanche, jeune batteur bien installé dans le milieu, aux multiples collaborations.

©BELGA PHOTO SISKA GREMMELPREZ

Jeunes pousses et jazz Disney

Le festival fait également la part belle aux jeunes talents en début de carrière – prometteuse -, dont Théo Zipper, Ananke ou encore PINTO. C’est le cas notamment à traver le parcours ‘Indoor’, qui proposera des sessions plus intimistes dans 80 clubs et bars de la capitale, comme le haut lieu du jazz que reste L’Archiduc, mais aussi dans des « petits nouveaux » comme le Kumiko Izakaya – l’ex-« Bravo » -, où se tiennent toujours hebdomadairement jams et concerts.

Par ailleurs, la salle La Tentation accueillera vendredi et samedi jusqu’à 02h00 du matin le marathon de danse Bru Jazz Jive. Un programme familial, le Bru Jazz Kids, proposera samedi au Sablon d’écouter les versions jazz de chansons enfantines jouées par le pianiste Manuel Hermia et son trio, puis les bandes-son de Disney interprétées par le groupe Ixhor.

©BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Technophile

Le festival se fait également remarquer par ses propositions très « technophiles ». Au bar, par exemple, auquel le Brussels Jazz Weekend propose de ne plus faire la file, grâce à l’application Tsjing : on commande et on paie désormais de son téléphone « Le Brussels Jazz Weekend croit intensément dans le pouvoir de l’innovation et, comme vous, déteste manquer une belle performance à cause d’une file au bar », peut-on lire sur le site de l’évènement.

Pour ceux qui auraient particulièrement envie de se rendre au comptoir, le festival propose une solution de paiement non-physique, grâce à l’app Payconiq. Pas de cash ? Pas de soucis. Les détenteurs de comptes ING, KBC, CBC ou Belfius qui auront installé l’application bancaire pourront payer immédiatement, sans contact.

Une fois les concerts terminés et le moment de rentrer chez soi arrivé, Splyt propose de vous commander – et éventuellement de partager – un taxi de confiance. Une réduction de 10 euros est offerte pour toute première commande, durant le week-end du festival.

Mais le Brussels Jazz Weekend a évidemment également sa propre app, qui permet de retrouver toutes les informations liées aux concerts. Et pour ceux qui ne pourront s’y rendre, pas d’inquiétude : le site offre littéralement un tour d’horizon de ce qui se passera à la Grand place, grâce à un streaming à 360°.

CIM Internet