Paris Match Belgique

Guerre en Ukraine : De nouvelles aides venues des États-Unis et poursuite des négociations

guerre en ukraine

Le président Zelensky s'est adressé à Kiev ce mercredi 16 mars. | © UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP.

Actualités

Situation sur le terrain, réactions internationales, sanctions : le point sur l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

De nouvelles aides venues des Etats-Unis

Les Etats-Unis vont annoncer mercredi une nouvelle enveloppe de 800 millions de dollars pour aider l’Ukraine à faire face aux forces russes, qui resserrent leur étau en dépit de nouveaux pourparlers entre Kiev et Moscou, qualifiés par le président ukrainien de « plus réalistes ». Le président américain Joe Biden doit faire cette annonce après une intervention par vidéo de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Congrès des Etats-Unis. « Au total, le président a autorisé deux milliards de dollars en matière de sécurité depuis le début de l’administration » Biden, a précisé un responsable de la Maison Blanche.

Washington a déjà fourni à l’Ukraine au cours de l’année passée environ 2.600 armes antichar Javelin et plus de 600 missiles anti-aériens Stinger, a-t-il ajouté.

Zelensky devant les parlementaires américains

M. Zelensky doit intervenir à 13H00 GMT devant les parlementaires américains, qui pressent régulièrement le président Biden de durcir le ton face à la Russie.

Le président ukrainien devrait appeler une nouvelle fois à la mise en place d’une zone d’exclusion aérienne au-dessus de son pays, une mesure soutenue par plusieurs élus du Congrès, mais que le président américain a pour l’instant écartée. « Imaginez vos villes bombardées, encerclées », avait lancé mardi M. Zelensky devant les parlementaires canadiens, en réclamant à nouveau cette zone d’exclusion aérienne.

Des élus américains des deux camps exhortent aussi Joe Biden à faciliter la livraison d’avions polonais Mig-29 à l’Ukraine, ce à quoi Washington a opposé un refus définitif. « Les Russes ont déjà tué 97 enfants » en bombardant « des écoles, des hôpitaux, des habitations », avait encore affirmé M. Zlensky devant les députés canadiens qui l’ont acclamé debout pendant plusieurs minutes.

« Moment dangereux »

En dépit de ces appels à l’aide, les tirs russes contre plusieurs villes ukrainiennes se sont intensifiés mardi, notamment à Kiev, qui vit un « moment dangereux », selon son maire Vitali Klitschko. De longues files d’attentes se sont formées pendant la journée devant les supermarchés, les habitants faisant des réserves. « Nous tenons le coup », a assuré l’un d’eux, Vlad Volodko, 26 ans. Kiev, que les forces russes tentent d’encercler, s’est vidée d’au moins la moitié de ses 3,5 millions d’habitants depuis le début du conflit le 24 février.

Au moins quatre personnes ont été retirées mortes et une quarantaine d’autres dégagées vivantes d’un immeuble d’habitation d’un quartier de l’ouest de Kiev, Sviatochine, après une frappe russe qui a provoqué un incendie, selon les autorités locales. A Marioupol, autre cité martyr dans le sud-est de l’Ukraine, la situation reste dramatique, mais quelque 20.000 civils ont pu quitter cette ville portuaire mardi à bord de 4.000 voitures, selon la présidence ukrainienne. Tous ont décrit un voyage harassant pendant lequel ils ont été contraints de rouler à l’écart des routes pour éviter les troupes russes et les points de contrôle, dans la crainte permanente d’un tir ennemi.

Offensive à Marioupol

« Alors qu’on avançait, on a vu une voiture carbonisée. Les soldats nous ont dit qu’elle avait explosé avec une femme à l’intérieur après avoir heurté une mine, une heure avant qu’on arrive là », a raconté Mykola, qui a fui Marioupol avec sa femme et ses deux enfants. La Russie élargit son offensive à l’ensemble de l’Ukraine, visant désormais aussi l’Ouest. Après des frappes sur une base militaire proche de la Pologne dimanche, une frappe lundi contre une tour de télévision près de Rivne (nord-ouest) a fait 19 morts, selon les autorités locales mardi.

Dans ce contexte de frappes intenses, des négociations entre Moscou et Kiev, entamées mardi, doivent reprendre mercredi, dans l’espoir d’arrêter l’hécatombe. Le président ukrainien a apporté mardi un peu d’espoir, jugeant que les positions étaient désormais « plus réalistes ». Cependant, a-t-il reconnu, « il faut encore plus de temps pour que les décisions soient dans l’intérêt de l’Ukraine. » Il a également fait un geste envers Moscou, se disant prêt à renoncer à toute adhésion de son pays à l’Otan, un casus belli pour la Russie.

Pas de quoi néanmoins fléchir le président russe Vladimir Poutine, selon un communiqué publié à l’issue de son entretien mardi avec le président du Conseil européen Charles Michel. Lors de cette conversation, M. Poutine « a souligné que Kiev ne manifestait pas d’engagement sérieux à trouver des solutions mutuellement acceptables », selon ce communiqué.

Médiation turque

Les efforts de médiation de la Turquie, pays membre de l’Otan mais ayant refusé de s’associer aux sanctions contre Moscou, se poursuivent également. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu est à Moscou, où il aura des entretiens mercredi, puis ira en Ukraine jeudi afin de rechercher un cessez-le-feu, selon Ankara.

Les occidentaux veulent aussi réaffirmer leur unité et leur engagement aux côtés de l’Ukraine. Kiev a reçu mardi la visite des Premiers ministres polonais, tchèque et slovène. MM. Mateusz Morawiecki, Petr Fiala et Janez Jansa ont rencontré le président ukrainien à qui ils ont promis leur soutien. « Nous ne vous laisserons jamais seuls. Nous serons avec vous parce que nous savons que vous vous battez non seulement pour votre liberté, pour votre propre maison et pour votre sécurité, mais aussi pour nous », a déclaré sur Twitter M. Morawiecki.

Il s’agit de la première visite de dirigeants étrangers à Kiev depuis le début de l’attaque russe le 24 février. Parallèlement, Varsovie a réclamé la mise en place d’une « mission de paix » de l’Otan, « protégée par les forces armées » pour venir en aide à l’Ukraine. Le sujet pourrait être abordé lors d’un sommet extraordinaire de l’Otan prévu le 24 mars à Bruxelles. Joe Biden s’y rendra pour réaffirmer « l’engagement à toute épreuve » des Etats-Unis auprès de leurs alliés, selon la Maison Blanche. Et, faute de pouvoir intervenir militairement, les Occidentaux continuent à durcir leurs sanctions. L’Union européenne va priver les oligarques russes de berlines de luxe, champagne et autres articles haut de gamme, via un quatrième paquet de sanctions entré en vigueur mardi. Le Royaume-Uni a fait de même, ajoutant des droits de douane punitifs sur la vodka et des gels d’avoirs supplémentaires.

Contre-sanctions

Moscou a répliqué avec des contre-sanctions visant Joe Biden, le Premier ministre canadien Justin Trudeau et plusieurs membres de leurs gouvernements. La Russie cherche également à faire avancer un projet de résolution « humanitaire » devant le Conseil de sécurité de l’ONU, qui pourrait faire l’objet d’un vote jeudi. Le texte russe, obtenu par l’AFP, exprime la « profonde préoccupation » du Conseil de sécurité « face aux informations faisant état de victimes civiles, y compris d’enfants, en Ukraine et dans les environs ».

En l’état, il est peu probable qu’il recueille les voix nécessaires. Ce texte qui « n’appelle pas à une fin immédiate des hostilités » est « une plaisanterie », a ainsi réagi un diplomate occidental sous couvert d’anonymat. La Cour internationale de justice (CIJ) rendra de son côté mercredi son verdict dans une procédure lancée par Kiev, qui demande au plus haut tribunal de l’ONU d’ordonner à Moscou d’arrêter immédiatement son invasion de l’Ukraine. En presque trois semaines de guerre, plus de trois millions de personnes ont fui l’Ukraine, majoritairement vers la Pologne, d’après l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Dont 1,4 million d’enfants, soit « pratiquement un enfant par seconde », selon l’Unicef.

CIM Internet