Paris Match Belgique

Famine, déportation « de masse » vers la Russie et défense « héroïque » : Le point sur la guerre en Ukraine

guerre en ukraine

Un homme rentre chez lui avec quelques denrées alimentaires alors qu'un entrepôt frappé par un missile russe est en feu au loin, à Kiev ce jeudi 24 mars. | © FADEL SENNA / AFP.

Actualités

Au 30ème jour de l’invasion russe en Ukraine, le président Zelensky a salué « l’opposition héroïque » des Ukrainiens. Joe Biden se rendra lui dans la journée près de la frontière entre Pologne et Ukraine pour un briefing sur la situation humanitaire et une rencontre avec des soldats américains. 

 

L’Ukraine dénonce une déportation « de masse » d’habitants vers la Russie

La situation de la ville de Marioupol, sur la mer d’Azov, lourdement bombardée, se dégrade encore, les Ukrainiens dénonçant la déportation « en masse » d’habitants vers la Russie.

Le maire de Marioupol, Vadim Boychenko, a avancé jeudi soir sur Telegram un dernier bilan de 15 000 habitants emmenés « de force » à bord de bus, ainsi que « la confiscation des passeports ukrainiens » d’habitants coincés sur place.

Une défense acharnée et « héroïque »

« Nos soldats tiennent la ville de Chernihiv et entravent l’avancée de l’ennemi en direction de Kyiv. Nous continuons de repousser l’offensive ennemie sur Kyiv », affirme le dernier bulletin de l’état-major de l’armée ukrainienne, publiée vendredi à l’aube. L’armée ukrainienne affirme aussi qu’en mer d’Azov, le navire russe Saratov, destiné à une opération de débarquement, « a été détruit lors de l’attaque contre le port occupé de Berdiansk ». Deux autres navires russes de débarquement, le Caesar Kunikov et le Novotcherkassk, ont aussi été « endommagés », selon Kyiv.

Dans sa dernière vidéo publiée sur Facebook, dans la nuit de jeudi à vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelensky, retranché à Kyiv, rend hommage à « l’opposition héroïque du peuple ukrainien face à l’invasion militaire russe ». En un mois de guerre, des milliers d’Ukrainiens ont été tués, dont 121 enfants, 6,5 millions ont dû quitter leur maison, et plus de 4 300 d’entre elles ont été détruites, selon un dernier bilan du président Zelensky.

Biden plus à l’Est, les risques de famine préoccupent

Le président américain Joe Biden a estimé jeudi que des pénuries alimentaires mondiales allaient « se concrétiser » à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie tandis que la France propose un plan d’urgence pour la sécurité alimentaire au niveau de l’UE et du G7.

Emmanuel Macron a appelé jeudi Moscou à être « responsable » en permettant que les semis en Ukraine aient lieu, faute de quoi la guerre provoquera dans 12 à 18 mois « une famine inéluctable », avec des pénuries de céréales au Moyen-Orient et en Afrique du Nord – où l’Égypte dépend notamment « à 80 % » des céréales russes et ukrainiennes pour nourrir sa population.

Biden se rend vendredi dans la ville polonaise de Rzeszow, à environ 80 kilomètres de la frontière avec l’Ukraine, seconde étape de son voyage en Europe. Il sera reçu par le président polonais Andrzej Duda à l’aéroport de cette ville située à deux heures et demie de route de Lviv, principale ville de l’ouest de l’Ukraine, où affluent les réfugiés. Il recevra ensuite un briefing sur « la réponse humanitaire afin d’apaiser la souffrance des civils en Ukraine et de répondre au flux croissant de réfugiés qui fuient la guerre que (Vladimir) Poutine a choisie », a précisé la Maison Blanche. Joe Biden ira à la rencontre de soldats américains positionnés dans cette région, faisant partie des plus de 100 000 militaires américains actuellement présents en Europe.

La guerre des étoiles

La guerre en Ukraine risque aussi de provoquer une « pénurie de lanceurs » spatiaux, nécessaires pour les constellations de satellites, met en en garde le patron de Rocket Lab, Peter Beck, qui veut faire voler en 2024 son Neutron, une fusée comparable au Soyouz russe. Dans un secteur spatial très imbriqué, la coopération est traditionnellement de mise malgré les tensions géopolitiques. « C’est du jamais-vu », estime dans un entretien à l’AFP le patron néo-zélandais de l’entreprise à l’origine d’Electron, seul mini lanceur aujourd’hui opérationnel dans le monde.

CIM Internet