Paris Match Belgique

Les hommes au boulot, les femmes en balade champêtre : La photo rétrograde des premières dames au G7

g7premières dames brigitte macron

De g. à dr. : l'ancien champion de ski Christian Neureuther, la première dame britannique Carrie Johnson, l'ancienne biathlète Miriam Neureuther, Brigitte Macron, la première dame allemande Britta Ernst et Amelie Derbaudrenghien, l'épouse de Charles Michel. | © Ronny Hartmann / AFP.

Actualités

C’est ce qu’on appelle un (très) mauvais signal.

 

Hormis Ursula von der Leyen, qui officiait lors des discussions en tant que présidente de la Commission européenne, aucune femme n’était présente lors des réunions du G7 entre grandes puissances occidentales, à Mittenwald en Allemagne.

Dans l’écrin splendide et montagneux de cette commune de Haute-Bavière, dans le sud du pays, les grands dirigeants du « monde libre » se sont retrouvés pour coordonner les sanctions contre la Russie de Vladimir Poutine. Parmi eux, on ne retrouvait que des hommes à la tête des pays représentés.

Et pendant ce temps-là, les premières dames se sont retrouvées pour une randonnée bucolique dans les beaux paysages bavarois, pratiquant la traditionnelle marche nordique. Au programme également, un lunch fait de spécialités de la région et une rencontre avec une fabricante de violons.

Un moment immortalisé par les photographes accrédités et qui fait le bonheur d’une certaine presse, qui s’amuse à décortiquer les tenues des « femmes de » pendant que les hommes décident du sort du monde. Le Daily Mail y va de son commentaire sur les tenues « hyper casual » de Brigitte Macron et consorts, Sky News diffuse un sujet vidéo sur la marche « amusante » des premières dames, et Tatler loue le côté so « glamour » de la petite virée..

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont fait part de leur indignation face aux clichés persistants qui reviennent lors de ces réunions des leaders occicentaux.

En 2019 déjà, le traitement médiatique de la réunion des premières dames au G7, cette année-là à Biarritz, en avait choqué plus d’un.

Reste qu’en cette période de grand trouble pour le sort des droits des femmes, notamment aux Etats-Unis avec la révocation du droit à l’avortement par la Cour suprême, il eut été judicieux de montrer un signal fort.

CIM Internet