Paris Match Belgique

Histoire rock du dimanche : « Every breath you take », magnifique chanson d’amour ? Pas si vite…

Sting, du temps du groupe The Police, est l'auteur de ce tube moins rose bonbon qu'il ne semble... | © BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Actualités

Ecrit lors d’un séjour en Jamaïque par le leader de Police, Sting, ce tube planétaire n’est pas aussi romantique qu’il n’y paraît à première vue…

 

Par L.Dp

La chanson « Every breath you take », devenue un classique depuis, est reprise sur l’album Synchronicity sorti en 1982. Avec sa ligne de basse reconnaisable entre mille, la balade semble faite pour une déclaration d’amour en bonne et due forme. Sauf que l’ambiance de l’époque à laquelle le Britannique a couché les mots sur le papier est toute autre.

En effet, Sting s’est pris le divorce avec son épouse Frances Tomelty en pleine face. Et il le vivait plutôt mal… Il était déprimé. « Je me suis réveillé au milieu de la nuit avec cette ligne dans la tête, je me suis assis au piano et je l’ai écrite en une demi-heure. Cela ressemble à une chanson d’amour réconfortante. Je n’avais pas réalisé à l’époque à quel point c’était sinistre. Je pense que je pensais à Big Brother, à la surveillance et au contrôle. Je pense que c’est une petite chanson méchante, plutôt diabolique » expliquait-il quelques années auparavant.

Sting s’était réfugié dans les Caraïbes car il ne supportait plus la pression environnante. Il faut dire qu’il s’était remis en couple avec une amie de sa femme. Il était donc jugé. En attendant, la chanson « plutôt méchante » s’avéra être le plus gros carton de Police avec plusieurs mois tout en haut des charts !

C’est vrai que la voix de Sting est particulièrement rauque sur ce morceau et assez inquiétante. Dans les paroles, le chanteur-bassiste prend le rôle d’un harceleur, d’un voyeur. « Tu ne vois pas que tu m’appartiens ? » La mélodie est à la fois suffocante et prenante. C’est l’auditeur même qui est pris au piège.

« Every breath you take » mélange donc une sonorité douce pour un texte trouble. Ce qui, de l’aveu même de Sting, transposait en chanson son état d’esprit et celui du groupe au début des années 1980. Sa réussite professionnelle est gâchée par l’échec de son mariage. Et The Police, malgré les succès et les grands tournées, notamment au Etats-Unis, vit également ses dernières heures.

Il ne reste qu’un petit souffle à vivre au groupe…

Mots-clés:
Sting the police
CIM Internet