Paris Match Belgique

Les Red Flames en route pour le Mondial : « Nous pouvons être fières parce que le football féminin vit en Belgique »

L'équipe a applaudi ses fans après sa défaite à Tilburg. | © BELGA PHOTO DAVID CATRY

Actualités

Les Red Flames, l’équipe de football féminin belge, se sont inclinées aux portes des quarts de finale de l’Euro. La fin d’un tournoi, mais le début d’une nouvelle aventure à onze.

 

La pelouse foulée par des professionnelles des quatre coins de l’Europe, la clameur des tribunes tricolores, une course au ballon décisive : c’était la première fois que les Red Flames vivaient un Euro de football féminin, gazon aux crampons. Ce lundi, elles se sont pourtant dignement inclinées en dernière phase de poules, aux portes des quarts de finale, face à l’équipe néerlandaise.

Nous avons mené la vie dure aux Néerlandaise. – Tessa Wullaert, buteuse

Mais « Quelque chose s’est créé ici« , assure le coach de ces filles de feu, Ives Serneels. Et l’avenir, malgré la défaite, lui semble radieux. « Mes joueuses ont continué à tout donner, même quand elles savaient que le Danemark avait l’avantage », indique l’entraîneur à l’issue du match perdu 1-2 contre les Néerlandaises, lors de la dernière journée du groupe A. « Mentalement, on était bien, je suis fier d’être leur coach. En-dehors de la bonne mentalité, tout était également au point au niveau condition ».

©BELGA PHOTO DAVID CATRY – Dans les gradins aussi, un tas de supporters (au féminin) étaient venues défendre les couleurs de la Belgique.

(Jusqu’)au top

Sous la direction de l’Allemande Bibiana Steinhaus, première arbitre féminin la saison prochaine en Bundesliga, les deux équipes se sont observées durant les dix premières minutes. « Nous avons montré de meilleures choses en seconde période, mais il faut reconnaître que les Pays-Bas nous étaient supérieurs dans pas mal de domaines », analyse la capitaine belge Aline Zeler.

Lire aussi > Les Bleues avec un E, le documentaire qui met le foot au féminin

Le manque d’expérience et la qualité d’un jeu forcément en-dessous de leurs adversaires, malgré un esprit combatif, aura eu raison de leurs espoirs… pour cette compétition, du moins. « Nous ne devons pas perdre de vue d’où nous venons, il s’agissait de notre premier tournoi. Nos joueuses sont encore jeunes et peuvent progresser. Je veux d’abord mener une analyse globale, pour ensuite travailler, depuis la jeunesse vers le onze national, pour finalement percer dans ce top 12 européen ». C’est que les sportives sont encore mal encadrées au quotidien, par rapport à leurs « collègues » masculins – bien que ces femmes au ballon ont pu profiter exceptionnellement d’une permission de la part de leurs employeurs. « Nous devons aussi aller voir comment cela se passe dans d’autres pays, comment les joueuses du top y sont accompagnées, et avancer avec la fédération ».

©BELGA PHOTO DAVID CATRY – Davina Philtjens, réconfortée par la Néerlandaise Desiree van Lunteren, à l’issue du match. Pour ces jeunes joueuses, l’investissement est total.

Tessa Wullaert, soulier d’or et autrice du but égalisateur – celui de l’espoir – l’assure : « Nous avons tout donné dans cet Euro, nous pouvons être fières parce que le football féminin vit en Belgique et j’espère que cela va continuer pour les qualifications pour la Coupe du monde en septembre ».

Au boulot !

La Belgique entamera sa campagne pour le Mondial 2019 en France par un premier match de qualification le 19 septembre à Louvain, contre la Moldavie. Les Red Flames figurent dans un groupe avec également l’Italie, la Roumanie et le Portugal.

Lire aussi > Terrorisme et ballon rond : Quand la mise au ban du Qatar menace la coupe du monde de football

Le match d’ouverture de l’Euro, perdu contre le Danemark, reste pourtant dans toutes les têtes, synonyme d’occasion manquée de connaître un Euro bien différent. « Ce match était crucial, et c’est bien dommage de l’avoir perdu », abonde Janice Cayman. « Mais nous avons acquis de l’expérience, et espérons que nous débuterons mieux le prochain tournoi. Nous avons un groupe encore jeune, avec une importante marge de progression ».

Avec Belga

CIM Internet