Paris Match Belgique

Tension entre l’Iran et la France après la publication de caricatures de l’Ayatollah

Téhéran, 2022. | © Rouzbeh Fouladi via ZUMA Press

Actualités

La République islamique d’Iran a annoncé ce jeudi la fermeture de l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), en réaction aux caricature jugées insultantes.

 

Ce mercredi 4 janvier, le journal satirique français Charlie Hebdo a publié son édition spéciale de l’anniversaire de l’attentat de 2015. A l’époque, cet attentat a été revendiqué par Al-Qaïda. Le but de cet acte était de venger la décision du journal de publier des caricatures du Prophète Mahomet. Aujourd’hui, les caricatures proposées par le journal suscitent la colère de l’Iran. La raison : l’Ayatollah Khamenei y est représenté.

Ali Khamenei est le guide suprême de l’Iran. Pour le dire simplement, il est le plus haut responsable politique et religieux de l’Iran, qui est une République islamique (la religion a donc une place centrale dans le pouvoir politique). Il dispose du titre d’Ayatollah, un des titres les plus élevés décernés à aux membres du clergé chiite. La colère au sein de la sphère dirigeante iranienne est donc importante.

L’Iran ferme l’Institut Français de Recherche

En réaction à la publication des caricatures, le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a formulé une condamnation forte : « L’acte insultant et indécent d’une publication française en publiant des caricatures contre l’autorité religieuse et politique ne restera pas sans réponse efficace et ferme. » Dans un communiqué, précise l’agence de presse Belga, l’annonce a été faite que « le ministère met fin aux activités de l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI) comme une première étape » de réponse à la publication des caricatures.

L’agence de presse précise également que l’IFRI est situé dans le centre de Téhéran. Fermé pendant de longues années, il avait rouvert sous la présidence du modéré Hassan Rohani (2013-2021) comme un signe d’amélioration des relations entre la France et l’Iran. Il comprend notamment une riche bibliothèque, utilisée par les étudiants de la langue française et des universitaires iraniens.

Charlie Hebdo avait annoncé en décembre que ce « concours international pour produire des caricatures » de Khamenei visait à soutenir les « Iraniens qui se battent pour leur liberté« . Un sorte de justification selon le journal, mais qui n’apaise pas pour autant l’Iran.

CIM Internet