Paris Match Belgique

L’horloge de l’apocalypse se rapproche dangereusement de minuit… La fin est proche ?

Jamais nous n'avons été aussi proche de la "fin du monde". | © D.R.

Actualités

« L’horloge de la fin du monde » ou « horloge de l’Apocalypse » est une horloge conceptuelle créée en 1947, peu de temps après le début de la guerre froide, et mise à jour régulièrement depuis par les directeurs du Bulletin of the Atomic Scientists de l’université de Chicago, sur laquelle « minuit » représente la fin du monde, l’apocalypse. Et aujourd’hui, jamais nous n’avons été aussi proche de la « fin du monde ».

Ce 24 janvier, le conseil de la science et de la sécurité du « Bulletin of the Atomic Scientists » a déplacé l’horloge de l’Apocalypse à 90 secondes avant minuit. NPR rapporte que la mesure métaphorique des défis auxquels l’humanité est confrontée est maintenant plus proche d’une calamité généralisée que jamais auparavant. Selon l’organisme scientifique, la décision a été prise « en grande partie, mais pas exclusivement » à cause de la guerre de la Russie en Ukraine.

Chaque année, en janvier, le groupe évalue l’état du monde et met à jour l’horloge en conséquence. En 2020 (et ce jusqu’en 2022), l’horloge a été réglée à 100 secondes avant minuit. C’était la première fois que l’horloge était comptée en secondes plutôt qu’en minutes. À l’époque, le groupe scientifique a averti que l’humanité était « aux portes de l’apocalypse« . Cependant, l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les ramifications mondiales liées à l’agression russe ont rapproché l’humanité de l’anéantissement pendant dix secondes métaphoriques.

Les scientifiques du conseil lancent l’alerte :  « L’horloge de l’Apocalypse sonne l’alarme pour l’ensemble de l’humanité. Nous sommes au bord d’un précipice. Mais nos dirigeants n’agissent pas à la vitesse ou à l’échelle suffisante pour garantir une planète pacifique et vivable ».

Le groupe de scientifiques basé à Chicago a été fondé en 1945 par Albert Einstein et d’autres scientifiques qui ont contribué au projet Manhattan.

CIM Internet