Paris Match Belgique

Anthony Scaramucci, dix petits jours et puis s’en va (définitivement)

Anthony Scaramucci lors d'un brief à la Maison Blanche le 21 juillet dernier. © Jonathan Ernst/Reuters | © AFP PHOTO / JIM WATSON

Actualités

Le sulfureux directeur de la communication de Donald Trump, a quitté ses fonctions lundi, après seulement 10 jours à son poste.

Anthony Scaramucci, qui a défrayé la chronique la semaine dernière à cause d’une interview dans laquelle il insultait copieusement plusieurs collaborateurs du président Trump, a été forcé de partir à la demande de John Kelly, le tout nouveau secrétaire général de la Maison Blanche, affirme le New York Times. Le tout Washington est resté bouche bée jeudi lorsque le magazine New Yorker a publié en ligne une interview de M. Scaramucci au ton d’une rare vulgarité.

Lire aussi > « Pas fan de Trump » : À peine en poste, Anthony Scaramucci quitté par sa femme

Il s’y prenait au secrétaire général de la Maison Blanche, Reince Priebus – qui a depuis quitté ses fonctions – en le qualifiant de « putain de schizophrène paranoïaque », mais aussi à Steve Bannon, le très controversé conseiller spécial du président Donald Trump.

John Kelly aurait exigé son départ

Selon le quotidien, c’est le remplaçant de M. Priebus, John Kelly, un général des Marines à la retraite et jusqu’alors ministre de la Sécurité intérieure, qui a exigé que M. Scaramucci quitte son poste pour asseoir son autorité. M. Kelly, dont la prestation de serment a eu lieu lundi matin, a été nommé pour remettre de l’ordre dans une Maison Blanche déchirée par les luttes intestines, souvent étalées au grand jour dans la presse à coups de fuites.

« M. Scaramucci a senti qu’il était mieux de laisser au secrétaire général John Kelly une page vierge et la capacité de monter sa propre équipe », selon une déclaration de la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders.

©AFP PHOTO / TASOS KATOPODIS

« Le président était convaincu que les commentaires d’Anthony étaient inappropriés pour une personne à ce poste et ne voulait pas accabler le général Kelly » de cet héritage rhétorique, a indiqué lundi Sarah Sanders. Le président républicain compte désormais sur son nouveau « Chief of Staff », ancien général des Marines réputé être un homme à poigne, pour faire oublier une semaine rocambolesque. Jusqu’ici ministre de la Sécurité intérieure, le général John Kelly « fera un travail spectaculaire« , a estimé Donald Trump en marge de la prestation de serment. « Ce qu’il a accompli en matière de sécurité intérieure a brisé les records, si vous regardez la frontière, si vous regardez les résultats extraordinaires que nous avons obtenus ».

Ciao définitif à Scaramucci

Donald Trump a réfuté toute idée de chaos lundi matin dans un tweet. « Record de la Bourse, meilleures statistiques économiques depuis des années, chômage au plus bas depuis 17 ans, salaires en hausse, frontière sécurisée, C.S. (Cour suprême, Ndlr): pas de chaos à la MB », pour Maison Blanche, avait tweeté le président.

Lire aussi > Kellyanne Conway, la conseillère de Trump, en 8 tweets

La porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders a précisé lundi face à la presse que le désormais ex-directeur de la communication de la Maison Blanche n’y aurait pas d’autre poste. Il quitte donc bel et bien les services de l’exécutif, quelques jours après son arrivée.

Avec Belga

CIM Internet