Paris Match Belgique

#Dayofthegirl : Des petites filles du monde entier dansent pour leurs droits avec Beyoncé

Vidéo Actualités

À l’occasion de la journée internationale des filles, dix petites danseuses secouent le « Freedom » de Beyoncé pour sensibiliser aux violences faites aux fillettes.

Petites, mais révoltées. C’est ainsi, sans plus ni moins de mots – en faut-il de plus forts ? – qu’elles se présentent, dans une vidéo parue à la veille de la journée internationale des filles. Une dizaine de danseuses, pas plus hautes que trois pommes, mais sacrément coriaces. C’est l’initiative « Global Goals » qui les a rassemblées dans un tour du monde filmé, sur fond de « Freedom » de Beyoncé, une « marraine » évidente pour tel évènement.

Lire aussi > Quand Michelle Obama se déguise en Beyoncé pour la bonne cause

Célébrées pour leur créativité, leur audace et leur courage, les petites filles du monde entier sont à l’honneur ce 11 octobre, au cours d’une journée notamment soutenue par ONU Women, l’entité des Nations Unies consacrée à l’égalité des sexes et à l’autonomisation des femmes. Mais la vidéo de ces danseuses de caractère est notamment là pour rappeller que nombre d’entre elles sont battues, mariées de force, violées et négligées à travers le monde. Ainsi, une fille meurt toutes les cinq minutes dans le monde, victime de violences. Et en gras, percutants à côté de ces jeunes visages encore si enfantins, les chiffres continuent de tomber : une fille sur quatre est forcée de se marier à un jeune âge, 63 millions d’enfants subissent des mutilations génitales, 130 millions de fillettes n’ont pas accès à une éducation scolaire, tandis que 71% de la traite des êtres humains concernent les femmes.

« En 2015, lorsque les dirigeants ont adhéré aux Objectifs de développement durable des Nations unies – les Global Goals -, ils ont fait une promesse : celle d’encourager l’émancipation des filles. Il y a eu des progrès, mais il faut maintenir la pression. Si l’on travaille ensemble, on peut s’assurer que les leaders mondiaux permettent à chaque fillette de grandir dans un cadre sain, sécure et d’empouvoirement [le terme québécois pour ’empowerment’] qui leur permette de réaliser leurs rêves« , font savoir les instigateurs de la campagne, qui avaient déjà frappé fort l’année dernière avec la vidéo #WhatIReallyReallyWant.

Lire aussi > Hema abandonne les différences de genre entre ses vêtements « filles » et « garçons »

CIM Internet