Paris Match Belgique

La SNCB envisage des tarifs réduits aux heures creuses et les navetteurs applaudissent

Objectif : attirer plus de voyageurs en heures creuses | © Belga / Sebastien JARRY/MAXPPP

Economie

La SNCB devrait recevoir plus de liberté dans la fixation de ses tarifs. Des prix réduits pourraient notamment être proposés pendant les heures creuses pour tenter d’attirer des voyageurs, ressort-il d’un projet de contrat de gestion 2018-2022 qu’a pu consulter De Standaard.

Selon le cabinet du ministre de la Mobilité François Bellot (MR), ce texte n’est toutefois qu’une « version très provisoire, dans laquelle beaucoup de choses peuvent encore changer ». Actuellement, les prix des tickets et des abonnements sont liés à la ponctualité des trains, un point qui n’est plus repris dans le nouveau projet. Par contre, celui-ci prévoit d’offrir une plus grande liberté à la société de chemins de fer dans sa politique tarifaire. La SNCB pourrait entre autres augmenter le prix des abonnements domicile-travail et des tickets d’un maximum de 2% par rapport à l’index. Les abonnements scolaires pourraient quant à eux connaître une hausse de prix de 1% annuellement. La société devrait en outre prendre en compte les coûts plus élevés de l’énergie dans le calcul de ses tarifs.

Lire aussi > Les Pays-Bas vont tester leurs premiers trains sans conducteur en 2018

Pour attirer plus de voyageurs en heures creuses, et ainsi faire diminuer la pression pendant les heures de pointe, la SNCB aurait également la possibilité de proposer des tarifs plus bas et des réductions pendant ces périodes. Le contrat de gestion appellerait aussi la société de chemins de fer à réaliser des efforts pour intégrer ses tarifs avec ceux d’autres compagnies de transport public, tels que De Lijn ou la Stib. En concertation avec ces entreprises régionales, la SNCB pourrait, en tant que service public, assurer « certaines liaisons locales via d’autres moyens de transport ». Et la réponse des navetteurs à ces propositions ne s’est pas faite attendre.

Effet positif

Proposer des tarifs réduits en heures creuses aux utilisateurs du rail permettra de « laisser plus de place aux voyageurs qui (…) n’ont d’autre choix que de voyager en heures de pointe », estime Gianni Tabbone, président de Navetteurs.be, association de défense des usagers des transports en commun. Au nord du pays, TreinTramBus (TTB), qui défend elle aussi les utilisateurs des transports en commun, se montre plus mitigée. L’association prévient qu’il ne faudrait pas que cette mesure, inscrite selon De Standaard dans un projet de contrat de gestion 2018-2022, soit défavorable aux abonnés. Un tarif réduit en heures creuses à la SNCB « est une mesure que nous soutenons et que nous proposons depuis très longtemps », réagit auprès de Belga Gianni Tabbone. Selon le président de Navetteurs.be, les voyageurs disposant d’horaires flexibles seront ainsi incités à décaler leur journée. « Il existe de plus en plus de possibilités de flexibilité avec les employeurs donc cela pourrait avoir un effet positif et laisser davantage de place à ceux qui ne peuvent changer leurs horaires », estime-t-il. M. Tabbone prévient toutefois: la mesure doit consister en des réductions en dehors de heures de pointes et non en une augmentation des tarifs lors des horaires plus chargés.

Pas de punition pour les abonnés

TreinTramBus dit comprendre l’intérêt de la SNCB à inciter les voyageurs à emprunter le train en heures creuses et estime que certaines formules de réductions sont négociables. Elle refuse toutefois que celles-ci s’opèrent au détriment des abonnés aux chemins de fer belges. « Les abonnés ne doivent pas être punis s’ils circulent en heures de pointes », prévient le président de TTB, Stefan Stynen. « Beaucoup de gens, surtout des personnes disposant de faibles revenus, sont souvent confrontés à des règles plus strictes quant à leur horaire de travail. Il serait particulièrement amer qu’elles en soient punies », assène M. Stynen.

– Avec Belga

Mots-clés:
train sncb navetteurs
CIM Internet