Paris Match Belgique

Comment la guerre des talents a creusé l'écart entre les salaires

L'écart entre les salaires n'a jamais été aussi élevé | © Belga

Economie

La tension salariale, c'est-à-dire l'écart entre les salaires les plus élevés et ceux les plus bas, figure à son niveau maximal de ces six dernières années, selon une étude du prestataire de services RH Acerta dévoilée vendredi.

Entre 2016 et 2017, elle s'est fortement accrue, alors qu'elle n'avait évolué que très modérément d'année en année depuis 2012. La fin du gel des salaires et la guerre des talents expliquent ce grand saut.Acerta a calculé la tension salariale pour ces six dernières années sur la base des données de l'ensemble des travailleurs de ses plus de 40 000 employeurs issus du secteur privé. Les intérimaires et travailleurs saisonniers ou occasionnels n'ont, eux, pas été repris dans l'étude, dont il ressort que la tension salariale a progressivement évolué.

Lire aussi > 1 Belge sur 3 préfère l'argent plutôt que l'amour

Elle a ainsi atteint 2,81 en 2017. Pour l'expliquer plus concrètement, si l'on examine 100 travailleurs, les 10 les mieux payés ont gagné 2,81 fois plus que les 10 les moins bien rémunérés. Or ce chiffre n'était encore que de 2,72 en 2016 et 2,71 un an plus tôt. La forte augmentation constatée s'explique surtout par la guerre des talents et l'attractivité économique. Ce qui joue en faveur des travailleurs au profil rare, mais hautement sollicité. Ils peuvent faire valoir leurs atouts, ailleurs ou auprès de leur propre employeur, qui est parfois prêt à délier les cordons de la bourse, et obtiennent ainsi davantage de possibilités d'exercer des fonctions mieux payées. Une autre raison au bond de la tension salariale se trouve dans des bonus plus élevés et dans des promotions. Ce sont principalement les revenus les plus élevés qui profitent de ce type d'avantages.

  • Avec Belga
CIM Internet