Paris Match Belgique

Toyota chute en bourse après un tweet de Donald Trump

Question délocalisation des industries automobiles, D. Trump est intraitable. | © AFP

Economie

Le président élu américain a encore frappé. De nouveau avec son arme favorite : Twitter. Sa victime: un des géants de l’automobile Toyota. Le crime ? Une usine au Mexique.

 

Il n’aura fallu que quelques minutes à l’action Toyota pour plonger en bourse en perdant plus d’un milliard de sa valeur. Le président américain a menacé publiquement le numéro mondial un de l’automobile de représailles douanières s’il poursuivait son projet de construire une nouvelle usine au Mexique pour y fabriquer des voitures destinées au marché américain. En écho à son slogan « Make America Great Again », Donald Trump veut appliquer la règle : ce qui est produit pour les Américains doit être produit aux USA… Sinon passage à la caisse avec une « lourde taxe frontalière ».

PAS QUESTION ! Construisez des usines aux Etats-Unis ou payez d’importantes taxes à la frontière.

Et sur le court terme, ça marche ! Son tweet a de nouveau fait trembler les cours de la Bourse. Quelques minutes après sa publication, l’action de Toyota a chuté à Wall Street. Nouvelle « victoire » pour le président « twitto » qui était déjà parvenu à faire plier Ford. Mardi 3 janvier, le groupe américain a abandonné son projet de construction d’une usine au Mexique afin d’investir dans une structure au Michigan. Même menace pour General Motors qui, sous la pression de la menace Trump, a dû justifier que seule une petite partie de sa production provenait d’usines implantées au Mexique.

CIM Internet