Les gilets jaunes auront-ils raison des achats de Noël ?

Gilets jaunes

Les conséquences économiques des actions de blocage inquiètent, particulièment en cette période d'achats de fêtes. | © BELGA PHOTO JAMES ARTHUR GEKIERE

Economie

Vives inquiétudes sur la conséquence économique des actions de blocage du mouvement, dix jours avant le réveillon de Noël.

 

Les manifestations des gilets jaunes à proximité des centres-villes depuis le 30 novembre ont un impact direct sur les commerces. Des magasins ont été forcés de fermer leurs portes plus tôt, et de nombreux citoyens n’osent pas faire le déplacement. Interrogée par nos confrères de La Libre, Comeos, la fédération belge du commerce et des services, a évalué les pertes pour les magasins du centre de Bruxelles, « entre 20 et 30 % du chiffre d’affaires par comparaison à la même période d’une année… normale ». Ce samedi 15 décembre, jour où un nouveau rassemblement de ce mouvement citoyen est attendu dans la capitale, Pierre-Yves Jeholet, le ministre wallon de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, entre autres, a interpellé les gouverneurs de provinces, leur demandant d’agir face aux gilets jaunes pour éviter les blocages de zones économiquement sensibles, écrit la Dernière Heure samedi. Les Belges offriront-ils moins de cadeaux en 2018 ? Pas si sûr…

Lire aussi > Les trois grandes colères des Belges

Deux semaines importantes

Le ministre MR s’est adressé aux gouverneurs des provinces wallonnes « pour qu’ils mettent en œuvre toutes les mesures nécessaires au maintien du bon fonctionnement des zones d’activités économiques potentiellement impactées ». Les conséquences économiques des actions de blocage inquiètent, particulièment en cette période d’achats de fêtes.

Gilets jaunes
Bruxelles, 8 décembre. © BELGA PHOTO JAMES ARTHUR GEKIERE

« Certaines visent à perturber certains sites d’activité économique essentiels à la vitalité économique wallonne », pointe Jeholet, qui a entendu les craintes d’organisations comme Comeos et l’UWE. Du côté de Comeos, on pointe justement que « les deux semaines qui arrivent sont les plus importantes de toute l’année ». « Trois centres de distribution sont bloqués: Gosselies, Ghislenghien et Villers-le-Bouillet. On ne sait jamais d’une heure à l’autre si les centres seront accessibles ou non », regrette Hans Cardyn, de Comeos. Le gouverneur de la province du Hainaut, Tommy Leclercq, a d’ores et déjà indiqué considérer comme « positif » l’appel du ministre, qu’il va rencontrer.

Nouvelles habitudes

Si les commerces tremblent, un géant du web se frotte les mains. En France, le quotidien Sud Ouest rapporte que loin de décourager les Français à acheter, le mouvement pousse les consommateurs à s’organiser différemment. Selon un sondage « Opinionway pour Periferm », 56% des Français ont affirmé avoir modifié leurs habitudes de consommation en raison des blocages. La peur d’être confronté à des scènes de violence (29%) ou le fait d’être bloqué par les gilets jaunes sur des barrages (30%) sont les principales raisons avancées à ce changement de mode de consommation. Les grands gagnants sont alors les sites de vente en ligne. Parmi ces derniers, Amazon détient 19% des parts de marché du e-commerce en France. Et la tendance pourrait se retrouver en Belgique également.

Lire aussi > Le gouvernement français appelle les « gilets jaunes » à ne pas manifester samedi

Pour ce samedi 15 décembre, la police de la zone Bruxelles Capitale-Ixelles prévoit de nouvelles perturbations du trafic dans la ville. La place du Luxembourg sera le lieu de rassemblement des protestataires. Ils se rassembleront à 13h00 et une conférence de presse sera organisée à 13h30. Contrairement aux autres fois, ils ont fait une demande officielle pour la manifestation. Des mobilisations sont prévues dans le quartier européen ainsi que sur la petite ceinture de Bruxelles.

Avec Belga

CIM Internet