Le salaire « insensé » du PDG de Disney

Le salaire « insensé » du PDG de Disney

disney

Bob Iger, le patron de Disney. | © BELGA PHOTO DIRK WAEM

Economie

Abigail Disney, petite-nièce de Walt Disney et héritière du groupe mondial, a fustigé la rémunération ahurissante du patron, Bob Iger.

En 2014, elle avait critiqué la misogynie de son grand-oncle Walt Disney sur Facebook. Cinq ans plus tard, elle frappe encore plus fort, là où ça fait mal : le portefeuille. Lors d’une conférence de presse organisée par Fast Company, magazine d’affaires américain, le 18 avril, la documentariste américaine a dénoncé le salaire « insensé » du PDG de Disney, Bob Iger. En 2018, ce dernier aurait empoché 65,6 millions de dollars, soit 58 millions d’euros. La direction a tenté de se défendre, en affirmant que cette somme était à 90% liée aux performances exceptionnelles de l’entreprise. La firme a également rappelé la prime de 1 000 dollars à tous ses employés et l’augmentation de salaire minimum à 15 dollars de l’heure dans ses parcs, soit deux fois le minimum fédéral. Mais Abigal Disney ne décolère pas.

Lire aussi > La plateforme de streaming Disney+ débarque et va faire trembler Netflix

Selon une étude d’Equilar, société spécialisée dans la gouvernance d’entreprise, ce salaire faramineux est 1 424 fois supérieur au salaire médian des employés de Disney. Pour la petite-fille de Roy Disney, connue pour ses prises de position engagées, ce niveau de rémunération ne peut être que néfaste pour la société. Selon ses propres calculs, Bob Iger aurait pu « donner personnellement, de sa poche », une augmentation de 15% à tous ses employés, tout en repartant avec un cachet raisonnable en fin d’année : 10 millions de dollars.  « Il y a donc un moment où il y a tout simplement trop d’argent qui circule au sommet du système dans cette catégorie de gens qui, je regrette que ce soit radical, ont trop d’argent », a poursuivi celle qui est également membre de l’association Patriotic Millionaires, qui plaide en faveur d’une augmentation des impôts sur les riches. « Qu’est-ce qui cloche avec le transfert d’une partie des profits – les fruits du travail de ces employés – vers d’autres personnes que celles qui se trouvent au sommet ? », questionne-t-elle avant d’anticiper les critiques. « Je ne dis pas que Bob Iger ne mérite pas de bonus. Il le mérite très certainement. Il est brillant et a dirigé la société avec brio. »

Mots-clés:
salaire Disney
CIM Internet