Paris Match Belgique

Réduction des coûts de l’État belge : des ministres vont démissionner, la famille royale va s’investir plus au quotidien 

Réunir le Palais et le gouvernement dans un souci d'économie : un défi lancé lors de cette Saint-André. | © IMAGO

Economie

C’est une révolution en douceur que s’apprête à mettre en œuvre le gouvernement fédéral belge : des ministres vont céder leur mandat à des membres de la famille royale. Résultat : une économie substantielle et une meilleure intégration de toutes les structures de l’État.

 

Edit du 2 avril 2017 : cet article était une blague de la rédaction Paris Match Belgique pour le 1er avril.

 

 « Je ne peux pas dire que cette décision me fait plaisir pour mon avenir personnel, mais je le fais pour le bien de la Belgique », nous expliquait ce matin l’un des ministres obligé de céder son ministère à un membre de la famille royale de Belgique.

« Cette décision a été un choc pour nombre des ministres, mais il fallait tenter quelque chose », se justifie la Chancellerie qui doit trouver plus de quatre milliards d’euros d’ici juin 2018. « Intégrer des membres de la famille royale aura de nombreux avantages pour le gouvernement comme pour le peuple : ils sont appréciés de tous les Belges, ils sont bilingues et surtout ils n’apprécient pas trop communiquer. Après Jacqueline Galant, ce sera certainement très reposant pour nos services de communication ».

Si le casting royal devrait compter au moins quatre « Princes-Ministres », les nominations du Prince Laurent et de la Princesse Astrid semblent acquises. La Princesse prendra en charge les soins de santé, forte de son expérience à la Croix Rouge, tandis que le Prince Laurent devrait hériter du bien-être animal et la sécurité routière.

Une nouvelle routine pour Laurent

Ce dernier déménagera sa fondation et ses bureaux à Pairi Daiza. Pour le parc animalier, la nouvelle est formidable : « gérer le bien-être animal au coeur du plus grand parc animalier belge, qui plus est propriété d’un actionnariat bilingue, est une idée de génie. On sera ravi d’accueillir le Prince, pardon le Ministre-Prince, dans l’un de nos palais. On lui laisse le choix, bien entendu ». Sur la sécurité routière, le choix se justifierait par une connaissance approfondie du Prince du code de la route des trois régions du pays ». Qui mieux que lui connaît en effet les limitations de vitesse dans et autour Bruxelles ? » 

Du côté de la N-VA, l’accueil est particulièrement positif. «  Nous avons toujours milité pour une nation unie et forte et le rôle de la famille royale a toujours été un enjeu pour nous », explique-t-on au siège du parti qui déménagera au Belvédère dès septembre 2017.

Des changements drastiques, sans le Roi et la Reine

Et les changements seront rapidement mis en oeuvre. D’ici la fête nationale du 21 juillet, tous les textes de loi des désormais accords de la Saint-André auront été votés. Et c’est Loïc Nottet qui chantera la Brabançonne pour l’occasion. Pour l’équilibre linguistique, c’est Arno qui fera les choeurs.

Concernant la place du Roi et de la Reine, ils devraient rester en dehors du nouveau gouvernement royal. « Avec Publifin, nous sommes de plus en plus méfiants sur le cumul des mandats », explique-t-on au Palais où on s’apprêtait à donner le premier conseil des Ministres renommé en conseil des Princes et Ministres. En effet, le 16 rue de la Loi sera abandonné pour regrouper tous les services au Palais Royal de Bruxelles.

Au menu de ce premier conseil : « truite ardennaise et saumon fumé ».

La famille Michel déménagera également à Laeken pour y vivre « père et fils réunis ». « On a l’habitude de gérer de l’habitat groupé au Palais », nous a glissé le porte-parole du Palais avec un brin de malice.

CIM Internet