Paris Match Belgique

Le fric, le chic et la Belgique, terre de cocagne des riches français

Bernard Arnault, du groupe LVMH, détiendrait plus de 3 milliards d'euros en Belgique | © Belga

Economie

Un peu plus d’un dixième des 100 Français les plus riches repris dans le classement établi annuellement par le magazine français Challenges possèdent pas loin de 10 milliards d’euros en Belgique révèle L’Echo. Et ce, malgré le taux rabaissé des intérêts notionnels. 

Dans ce classement des Français les plus riches établi pour l’année 2016, Liliane Bettencourt reste toujours la mieux lotie et occupe la première place du podium. Mais la richissime héritière de L’Oréal ne semble pas détenir de holdings ou de sociétés en Belgique. Contrairement à Bernard Arnault, l’homme d’affaires à la tête de l’empire du luxe LVMH. D’après les calculs de L’Echo, les sociétés avec lesquelles un lien direct avec lui peut être établi détiennent  3,3 milliards d’euros en Belgique. Contre 9 milliards d’euros en 2014.

Lire aussi : Oxfam dénonce toujours plus la concentration des richesses

« Rue Mulliez »

À la troisième place du classement publié par le magazine français,  Gérard Mulliez, le fondateur de la chaîne Auchan, et sa famille. Dont une partie a trouvé ses aises à Néchin, où la rue Reine Astrid est souvent appelée la « rue Mulliez » par les riverains. En comptabilisant les capitaux des sociétés rapportant aux Mulliez et les fonds propres, on dépasse allègrement le milliard d’euros de capitaux en Belgique. Dans le classement également, l’avionneur Serge Dassault, l’homme d’affaires Emmanuel Besnier, à la tête de Lactalis, ou encore la famille Decaux, indissociable de l’affichage public.

Lire également : En France, les milliardaires ne connaissent pas la crise

Une fiscalité plus avantageuse

Bilan des investissements : 10 milliards d’euros. Raison de cet enthousiasme à passer la frontière : la fiscalité belge est plus avantageuse qu’en France pour les plus riches, notamment grâce à l’absence d’impôt sur la fortune mais aussi à une plus faible taxation du capital. Un avantage qui n’a pas échappé à la famille Bongrain, à la tête du groupe fromager exploitant notamment « Caprice des Dieux », et installée via un holding à Bruxelles dès 1988.

CIM Internet