Paris Match Belgique

Toyota annonce un investissement de 600 millions de dollars et la création de 400 emplois aux USA

Akio Toyoda, le président et directeur général de Toyota Motor | © BELGA/AFP PHOTO/MIGUEL MEDINA

Economie

Le constructeur automobile japonais a annoncé dans un communiqué investir 600 millions de dollars dans son usine de Princeton (Indiana) et créer 400 emplois sur le sol américain, moins de trois semaines après les tweets menaçants de Donald Trump.

 

Le 5 janvier, Donald Trump avait pris pour cible Toyota sur Twitter en menaçant la firme de payer d’importantes taxes douanières si elle poursuivait son projet de construire une usine au Mexique pour y produire des voitures à destination du marché américain. Toyota avait ainsi chuté en bourse et perdu un milliard de dollars.
Depuis, l’entreprise tente de se racheter auprès du milliardaire et multiplie les déclarations de fidélité au continent américain. Les investissements et la création d’emplois font partie de la stratégie de localisation de Toyota : « Cette annonce démontre l’engagement de Toyota à poursuivre les investissements aux États-Unis », a-t-elle ajouté, sans faire clairement référence aux menaces de Trump. Les investissements serviront à pourvoir l’usine installée en Indiana de nouveaux équipements et technologies avancées, pour la production de 40 000 modèles Highlander supplémentaires sur base annuelle (l’usine a produit plus de 400 000 véhicules en 2016). Ce projet, qui est le premier dévoilé dans le cadre de l’enveloppe de 10 milliards de dollars d’investissements dans le pays sur cinq ans promise le 9 janvier par Toyota au salon automobile de Detroit (Michigan), devrait débuter d’ici l’automne 2019.
Toyota a déjà créé 5 300 emplois en Indiana, l’État duquel le Républicain Mike Pence était gouverneur avant de devenir récemment vice-président sous Donald Trump. Akio Toyoda, le président de Toyota, l’avait rencontré le 10 janvier 2017.

 

(Avec Belga)

 


Lire aussi > Les cinq premières frappes de Donald Trump

Mots-clés:
Toyota États-Unis
CIM Internet