Paris Match Belgique

Assurance moto : les conseils de Barbara Engerisser, l’avocate des motard(e)s

Passionnée de moto depuis son plus jeune âge, Barbara a choisi de dédier sa carrière d'avocate au droit de la circulation routière et en particulier à la défense des motards. | © DR

Contenu de marque Economie

Responsabilité civile, sécurité du conducteur, assistance, protection juridique, omnium… Les motards belges se perdent facilement dans la jungle des assurances. A côté de la responsabilité civile qui est obligatoire, certaines garanties sont essentielles et même indispensables. C’est le cas de la protection juridique, mais pourquoi?

 

Seraphin, le courtier digital des belges, est allé à la rencontre de Barbara Engerisser, l’avocate des motard.e.s, afin de mieux comprendre l’importance de la protection juridique à l’aune de son expérience. Passionnée de moto depuis son plus jeune âge, Barbara a choisi de dédier sa carrière d’avocate au droit de la circulation routière et en particulier à la défense des motards en cas de sinistres ou d’infractions routières.

Focus sur ses conseils d’experte.

Seraphin : Qu’est-ce que la protection juridique et comment aide-t-elle les motards ?

Barbara Engerisser : La protection juridique est une couverture d’assurance par laquelle l’assureur s’engage à fournir des services et à prendre en charge des frais (avocat, médecin, expert, frais de procédure …) afin de permettre à la personne assurée de faire valoir ses droits.

Prenons le cas d’un motard qui circule et se voit couper la route par un véhicule qui s’engage sur la chaussée. Il est blessé et sa moto et son équipement sont endommagés.
La protection juridique va échanger avec l’assureur adverse sur la question des responsabilités. Elle va également prendre en charge le coût de l’expert qui va chiffrer les dégâts matériels et du médecin-conseil qui va évaluer les lésions et leurs conséquences. Elle établira le cas échéant une demande d’indemnisation qu’elle adressera à l’assureur adverse.

En cas de contestation sur les responsabilités (par exemple parce que l’autre partie estime que le motard roulait trop vite), ou de difficultés relatives à la preuve du dommage ou son étendue, la protection juridique couvrira également les frais de procédure et les frais liés à l’intervention d’autres professionnels (avocat, expert désigné par le Tribunal,…).

Conseillez-vous aux motards de toujours avoir une protection juridique ?

Barbara Engerisser : Oui. La plupart des usagers pensent que la protection juridique est inutile étant donné qu’ils sont de bons conducteurs et ont donc peu de chance de commettre une infraction ou d’avoir un accident en tort. Ce n’est pas si sûr. En effet, personne ne peut garantir pouvoir respecter en tout temps les règles sans cesse plus nombreuses et complexes en matière de droit de la circulation routière.

Par ailleurs, même après un sinistre où vous êtes reconnu en droit, vous devrez prouver l’existence de dommages et leurs montants pour établir une demande d’indemnisation. Pour cela, vous devrez avoir recours à un médecin et parfois à un avocat . Vous serez ravi que votre protection juridique couvre ces frais, dont le montant peut très vite s’élever à plusieurs milliers d’euros.

Pour quelques dizaines d’euros par an, cela vaut donc vraiment la peine de souscrire une protection juridique et de ne pas devoir se soucier des frais liés à sa défense en plus de tous les tracas et les dépenses liés à l’accident ou à l’infraction.

Quels sont les points d’attention lorsqu’on choisit une protection juridique ?

Barbara Engerisser : La prime ne doit pas être le seul critère de choix. Il faut prendre le temps d’examiner les garanties proposées par les différents assureurs. Plusieurs points nécessitent votre attention, notamment :

Le plafond d’indemnisation : Il s’agit du montant maximum qui pourra être pris en charge. Comme expliqué précédemment, les frais liés à votre défense peuvent vite grimper. Je recommande un plafond de couverture de minimum 25.000 €, avec toutefois une préférence pour un plafond de l’ordre de 50.000 € ou plus.

Les sinistres couverts et ceux qui sont exclus : Certaines protections juridiques n’interviennent qu’en cas d’accident ou d’infraction tandis que d’autres interviennent de manière plus générale dans le cadre des litiges liés à votre véhicule (par exemple vices cachés de la moto que vous avez achetée).

Les dommages indemnisés (frais couverts ou exclus) : Certaines protections juridiques refusent par exemple de couvrir la consultation d’un avocat dans le cadre d’une audition à la suite d’une infraction.

Vous l’aurez compris, une protection juridique peut vous épargner beaucoup de soucis. En tant que motard, pensez à vérifier que votre contrat d’assurance en comprend une. Si vous désirez plus d’informations sur votre assurance moto, n’hésitez pas à contacter Seraphin.

Pour en savoir plus sur les droits des motards, consultez la page Facebook de Barbara Engerisser Plein Gaz sur vos Droits, où elle réunit conseils et rappels de règles en matière de droit de la circulation routière (infractions, accidents, assurances) en Belgique.

Mots-clés:
accident moto assurance
CIM Internet