Paris Match Belgique

Excellence Belge : Cowboy, le vélo qui permet d’éviter la pollution

Fondé en 2017 par les jeunes entrepreneurs Adrien Roose, Tanguy Goretti et Karim Slaoui, Cowboy a son siège à Bruxelles et développe des vélos électriques innovants pour les citadins. | © Cowboy

Economie

Né en 2018, le vélo hyper connecté Cowboy en est déjà à sa troisième génération et totalise dix millions de kilomètres parcourus rien que pour 2020.


Trois cyclistes bruxellois sont les jeunes entrepreneurs de cette marque de conception 100% belge qui bat actuellement tous les records de pavés. Tanguy Goretti, Adrien Roose et Karim Slaoui étaient déjà des adeptes de la petite reine à l’époque où sont apparus les premiers engins électriques. « Le choc est survenu quand nous nous sommes fait dépasser sur les routes par des quinquénaires alertes. »

Parmi ces papys pionniers, le grand-père du même Adrien qui fait partie du trio fondateur. Sans jouer les mauvaises langues, Tanguy rappelle qu’il y a cinq ans, ce genre de vélo un peu magique n’en était pas moins peu maniable, lourdingue et même plutôt moche avec ses câbles qui dépassaient de toutes parts. Inutile de préciser que ces vélos n’étaient pas du tout connectés et que 80% de leurs propriétaires avaient plus de cinquante ans.

Mais les temps ont changé et Cowboy est passé par là, un vélo de conception belge, design, connecté et vendu exclusivement en ligne. Mais pourquoi un tel nom alors que les canyons sont plutôt rares en Belgique ? « Parce que, répond Tanguy du tac au tac, nous aimions l’image du cowboy parti à la conquête des villes sur sa nouvelle monture, avec le sentiment de totale liberté qui l’accompagne. »

Cowboy n’en est pas moins aussi belge que Lucky Luke : la recherche, le développement et l’ingénierie sont belges et l’assemblage est effectué en Europe. Mais, aux yeux du trio, son cerveau, c’est sa connectivité prise en charge par la société Page à Poperinge.

 

Le Cowboy3. ©Cowboy

Ainsi, aujourd’hui, le Cowboy de la troisième génération reconnaît son propriétaire et se déverrouille automatiquement avec un smartphone. Pour accélérer, il suffit d’appuyer plus fort sur la pédale et quand on s’arrête, il se verrouille automatiquement. Il réagit bien sûr en cas de tentative de vol, déclenche une alarme et se branche en mode GPS pour être repéré. En cas d’accident, le cycliste a 60 secondes pour indiquer que tout va bien via l’app Cowboy, sans quoi deux contacts d’urgence au choix de l’utilisateur sont immédiatement informés. Dernière évolution en date, il est équipé d’une fonction « Qualité de l’Air » qui permet d’éviter le trafic et les gaz d’échappement des voitures en proposant un itinéraire bis plus fluide.

A ce sujet, en bon défenseur de la mobilité douce, Tanguy Goretti fait remarquer que sur le plan sanitaire, un utilisateur a plus intérêt à être actif sur son vélo qu’inactif dans sa voiture où la pollution sévit bien plus dans l’habitacle que ce que l’on pourrait imaginer. Un plus donc pour cette nouvelle fonction permettant au cycliste d’échapper aux particules fines. « Comme notre vélo est connecté, précise-t-il encore, les mises à jour peuvent se faire facilement à distance et en cas de pépin technique, nous disposons d’un service de réparateurs à domicile qui intervient rapidement dans 36 villes européennes, à commencer par les principales villes belges. La plupart du temps, le problème est réglé en moins de temps qu’il faut pour le dire et si une intervention manuelle est requise, nous envoyons quelqu’un en moins de 72 heures alors qu’à Paris ou à Berlin, chez la concurrence, il faut compter parfois jusqu’à deux mois ! »

 

Son application « Qualité de l’Air » offre le choix d’un itinéraire optimal pour éviter les fumées des embouteillages. Comme le vélo, Cowboy est connecté, les mises à jour peuvent se faire facilement à distance. ©Cowboy

Et comme Cowboy déborde d’ambition, à commencer par celle de prétendre à la meilleure expérience en termes de connectivité, le succès est évidemment au rendez-vous : dix millions de kilomètres parcourus en 2020, une progression de 263% par rapport à 2019, effet Covid oblige, alors qu’aujourd’hui, 18.000 vélos de la marque roulent en toute quiétude sur les routes européennes.

Et puis les récompenses se succèdent à un rythme accéléré : Cowboy a été lauréat de l’Eurobike 2017, du prix Red-Dot 2018 pour le design de ses vélos, et du même prix pour son prototype 2019 dans la catégorie « best of the Best ». Reste le prix de cette petite merveille, dans la moyenne du marché pour un produit premium, vendu directement en ligne sur cowboy.com avec un délai d’attente actuel de quatre semaines. « En juillet dernier, nous avons levé auprès de nos investisseurs 23 millions d’euros afin de renforcer notre position en vue de devenir leader en Europe », se félicite Tanguy, 32 ans, et des étoiles plein les yeux ; des yeux qui lorgnent tout particulièrement sur l’Allemagne, actuellement son plus gros marché, mais aussi sur la France, les Pays-Bas et, fatalement, la Belgique !

 

©Cowboy

INFOS
www.cowboy.com

 

Fondé en 2017 par les jeunes entrepreneurs Adrien Roose, Tanguy Goretti et Karim Slaoui, Cowboy a son siège à Bruxelles et développe des vélos électriques innovants pour les citadins.

Comme le vélo, Cowboy est connecté, les mises à jour peuvent se faire facilement à distance.

Son application « Qualité de l’Air » offre le choix d’un itinéraire optimal pour éviter les fumées des embouteillages.

CIM Internet