Paris Match Belgique

Que faire si votre facture d’énergie est salée ? Voici nos conseils pour y voir plus clair

conseils facture énergie

Les prix vont-ils s'arrêter de grimper prochainement ? | © Pexels

Economie

La note de la facture d’électricité et de gaz des Belges est de plus en plus élevée, une situation devenue presque invivable pour certains ménages. S’il n’existe pas de solution miracle face à cette hausse des prix historique, nous vous décryptons la situation et tentons de vous conseiller pour traverser cette crise sans trop vous déplumer…

 

Laurent, un chef de famille de quatre personnes, vit dans une maison unifamiliale de trois façades en périphérie bruxelloise. Il y a quelques mois encore il payait 163 euros pour son gaz et son électricité chez le fournisseur Mega tous les mois. En novembre dernier, il a eu la mauvaise surprise de découvrir que son forfait avait plus que doublé pour atteindre la somme de 401 euros. Mais la douloureuse ne s’est pas arrêtée là, puisque le 7 janvier Mega a une nouvelle fois augmenté ses tarifs, demandant à Laurent  219 euros en électricité et 863 euros en gaz. Coût total : 1081 euros par mois ! Une somme qu’il a bien entendu refusé de payer.

Eric, qui vit lui dans le Hainaut dans une maison quatre façades avec sa femme et ses deux enfants, a été confronté au même problème. En septembre, il a vu sa facture mensuelle de gaz passer de 230 euros à 500 euros avant d’atteindre la somme folle de 1 000 euros le 7 janvier dernier.

Des prix records

Cette situation, des milliers de clients de chez Méga l’ont vécue ces dernières mois. Selon les informations du quotidien De Standaard, 40 000 Belges seraient concernés. C’est déjà la troisième fois depuis le mois d’août que les acomptes des clients Mega sont ajustés à la hausse. Le régulateur fédéral du secteur énergétique a d’ailleurs mis en garde les consommateurs à l’égard des pratiques du fournisseur énergétique liégeois. De fait, elle lui reproche concrètement de faire du « gaming »‘. « Mega passe très régulièrement d’une indexation mensuelle à une indexation trimestrielle, mais aussi de paramètres spot à des paramètres forward, et vice versa. Mega ne fait rien d’illégal avec cela, mais en appliquant cela sur une base quasi mensuelle à plusieurs de ses produits variables, ils obtiennent artificiellement de bons résultats dans les comparateurs des prix et nous pouvons au moins parler d’un manque de transparence et cela tend même à tromper délibérément le consommateur », a expliqué la Creg à nos confrères de chez Belga.

Lire aussi > En 2021, les énergies renouvelables ont battu des records

Est-ce que cela sentirait le roussi chez le fournisseur d’énergie liégeois ? Beaucoup s’interrogent. Mega tenterait-il d’engranger de l’argent tant qu’il en est encore temps en prévision d’une potentielle faillite ? Pourtant, en décembre dernier, le fournisseur avait repris les contrats de Watz. L’année 2021 semblait donc se finir positivement pour Mega. Pour rappel, le fournisseur Watz avait déposé auprès de la justice une demande de protection temporaire en raison des circonstances du marché.

Il est vrai que la hausse du prix de l’énergie concerne bien entendu tous les fournisseurs. Depuis le début de la crise sanitaire en 2020, le marché de l’énergie a subi de fortes pressions et, par conséquent, une inflation spectaculaire. En 2021, la facture de gaz moyenne annuelle des Belges est ainsi passée de 1 386,05 € à 2 780,21 €. Et la diminution du stockage de gaz ne risque pas d’arranger de sitôt la situation. Dès lors que faire si vous aussi vous avez été soumis à une augmentation tarifaire importante ?

Partir ou rester ?

Tout d’abord, il est important de rappeler que les consommateurs ne sont pas obligés de suivre l’augmentation exigée par certains fournisseurs. Il est néanmoins utile d’en tenir compte car elle annonce en général la couleur de la facture finale que vous risquez de devoir payer à terme. Ainsi, nous ne pouvons que trop vous conseiller de transmettre les relevés de compteur à votre fournisseur pour être au plus proche de la réalité de votre consommation. Si vous ne le faites pas, le fournisseur évaluera lui-même la consommation d’énergie et jouera certainement la sécurité en l’estimant à un niveau élevé.

Deuxièmement, sachez que rester durant des années chez le même fournisseur, avec le même contrat, est rarement bénéfique. Vous risquez de vous retrouver privé de promotions intéressantes et votre contrat sera très certainement reconduit automatiquement. Il pourrait par conséquent être beaucoup plus cher que la moyenne du marché. En Belgique, les consommateurs ont le droit de changer de fournisseur d’énergie quand il le souhaite, pas besoin d’attendre la fin du contrat. Dés lors, commencez par vous renseigner et regardez si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Pour découvrir quelle est l’offre la plus intéressante selon votre situation, rendez-vous sur le site comparateur d’énergie.

Lire aussi > Flambée du prix de gaz : une facture salée pour les Belges !

Il est conseillé de faire le point sur vos tarifs d’énergie une fois par an, il s’agit en générale de la durée habituelle des promotions. En respectant cette régularité, vous vous assurerez de toujours profiter des meilleurs prix. Mais attention, sachez que la loi impose que vous ayez réglé votre dette auprès de votre fournisseur d’énergie avant de le quitter. Les marchés entrevoient enfin une baisse à partir du printemps et cela devrait se confirmer à partir de l’été prochain, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

Quel type de contrat choisir ?

Actuellement, vu la hausse significative des prix, nous ne serions que trop vous conseillez de prendre un contrat à prix fixe. De fait, cela signifie que le prix que vous paierez au kWh restera toujours le même pendant toute la durée du contrat. À l’inverse, le prix d’un contrat variable évoluera en fonction de la fluctuation du marché. Une option intéressante pour bénéficier des promotions lorsque les tarifs se retrouvent réduits, ce qui n’est absolument pas le cas actuellement. Le problème est que de moins en moins de fournisseurs proposent des contrats fixes en raison de la flambée du prix du gaz et de l’électricité, c’est notamment le cas d’Eneco.

Au delà de tout cet aspect administratif, nous vous conseillons également de mettre en place des mesures concrètes pour limiter votre consommation d’énergie. Ainsi tentez de limiter l’utilisation des appareils les plus énergivores, tels que la machine à laver ou le lave-vaisselle. Quand vous les utilisez, optez pour les programmes à basses températures plus économiques. Préférez également quand c’est possible le micro-onde au four, éteignez réellement votre TV au lieu de la mettre en veille et diminuez de quelques degrés votre thermostat lorsque le temps le permet.

Enfin, sachez que le gouvernement prévoit de délivrer des chèques énergie pour aider les ménages face à la hausse des prix des fournisseurs. Pour l’instant le montant de ces derniers n’a pas encore été déterminé. À titre d’exemple, le PS aimerait que ces derniers s’élèvent à 200 euros pour la classe moyenne. Affaire à suivre, sous peu on l’espère.

 

CIM Internet