Paris Match Belgique

Cette entreprise belge novatrice propose à ses employés de réaliser leurs rêves

"On est un peu des pionniers dans ce type de management", explique Geoffroy Fauveaux. | © D.R.

Economie

Réaliser vos plus grands projets grâce à votre employeur, vous en rêvez ? C’est la nouvelle philosophie de cette entreprise.

 

BlacksheepTribes est une entreprise qui se veut différente. Installée dans un charmant manoir à Gembloux, cette boîte de sous-traitance informatique privilégie le bien-être de ses employés aux profits. L’entreprise fait partie d’un groupe plus large dans lequel on retrouve deux autres sociétés actives en Belgique: I’Groove et Oniryx (elles aussi spécialisées dans la sous-traitance informatique) et Boost Us (spécialisée dans l’innovation managériale). Ici, pas de pyramide hiérarchique statique, on essaie par défaut de prôner l’autonomie des personnes qui peuvent alors prendre leurs responsabilités et leur rôle en main.

Lire aussi > Le fondateur de la marque Patagonia fait don de son entreprise pour « défendre la planète »

Ainsi par exemple, ce sont les employés eux-même qui doivent s’évaluer et déterminer s’ils méritent ou non d’être augmentés et de combien. Les salariés délibèrent ensuite tous ensemble pour savoir si ces demandes sont justifiées ou non et la direction suit ensuite le mouvement. « On est un peu des pionniers dans ce type de management », explique Geoffroy Fauveaux, l’un des administrateurs de BlacksheepTribes. « Si cela fonctionne il n’y a aucune raison de s’en mêler et c’est même une grande économie de moyen pour nous. À quoi cela sert de contrôler quelqu’un qui travaille bien ? J’essaie de gommer le management à chaque fois qu’il n’est pas nécessaire pour nous permettre de nous concentrer sur des choses plus importantes. Cela demande une maturité de la part de nos employés et c’est pour cela que dans un premier temps nous les accompagnons pour pouvoir par après les laisser déléguer eux-même », surenchérit Patrick Van Est, lui aussi administrateur de l’entreprise. « Cela produit vraiment des résultats, d’un point de la productivité mais en plus, notre manière de travailler attire de nouveaux collaborateurs ».

Une autogestion qui semble porter ses fruits puisque de façon générale aucun débordement n’a été remarqué. Au contraire, les employés semblent même se plaire puisque la mouvance en sein de l’entreprise est faible. Cette autogouvernance permet aux employés de s’impliquer et de se consacrer pleinement à leurs fonctions.

5 000 euros pour changer à leur échelle le monde

Dans cet état d’esprit de bien-être, BlacksheepTribes vient de franchir une nouvelle étape en lançant la campagne Free to dream. Le principe ? Débloquer un budget pour permettre aux employés de réaliser leurs rêves. Non, vous ne rêvez pas… Dès janvier, les salariés de l’entreprise bénéficieront pendant cinq ans d’un montant annuel de 1 000€ qu’ils pourront également cumuler et débloquer au moment le plus opportun. Cet argent sera ensuite reversé à l’association et organisme caritatif de leur choix. Il n’est donc pas question de s’offrir une nouvelle voiture, de partir au bout du monde ou de revoir complètement sa garde-robe, mais bien de concrétiser un projet vertueux qui dépasse l’employé lui-même. Protection des espèces menacées d’extinction en Afrique, aide aux personnes en situation d’handicap, préservation de l’environnement… Les choix sont vastes. « Le projet est de montrer que les entreprises n’ont pas qu’un rôle économique à jouer. On est un acteur à part entière de tout un système et on doit réaliser que si on continue comme cela on va droit dans le mur. Il faut promouvoir nos valeurs et pour cela, nos collaborateurs sont nos meilleurs ambassadeurs », explique Geoffroy Fauveaux.

Au total, plus de 100 employés sont concernés par cette nouvelle mesure qui leur permettra de trouver un nouveau sens à leurs fonctions et de devenir acteur du changement qu’ils souhaitent voir dans ce monde. Ce projet novateur, qui s’inscrit sur le long terme, est d’ailleurs le fruit d’une réflexion personnelle de l’un des employés, qui en a ensuite fait part à la direction.

CIM Internet