Paris Match Belgique

L’inflation et les prix de l’énergie poussent 60% des Belges à encore plus réduire leurs dépenses

augmentation de la vie : le belge se serre encore plus la ceinture

Image d'illustration. | © Unsplash.

Economie

Les Belges se serrent plus que jamais la ceinture.

Presque 9 Belges sur 10 prennent des mesures pour réduire leur consommation d’énergie et 60% économisent même sur les dépenses quotidiennes, en nourriture et épicerie, à cause de l’inflation et du prix de l’énergie. C’est ce qu’il ressort d’une enquête d’ING réalisée auprès d’un millier de personnes et publiée mercredi. Au cours des six prochains mois, les sondés prévoient même de réduire encore plus leurs dépenses.

D’après cette enquête de la banque, réalisée début novembre en Belgique mais aussi aux Pays-Bas, en Allemagne, en Roumanie, en Pologne, en Turquie et en Espagne, la crise exerce une forte pression sur les dépenses en ligne. Les ventes lors du Black Friday de cette année pourraient dès lors être inférieures à celles des dernières années. Si les Belges étaient très nombreux à commander en ligne pendant la pandémie, cette tendance semble se corriger en grande partie: près d’un quart (23%) des répondants déclarent acheter moins souvent de cette façon depuis la fin de la pandémie, contre seulement 15% qui disent le faire plus souvent. Pour ING, la baisse est principalement due à une détérioration générale du climat économique et non au fait que les consommateurs trouvent plus facilement leur chemin vers les magasins physiques depuis l’assouplissement des restrictions sanitaires.

Croissance négative à l’horizon

La prudence des Belges ne s’observe par ailleurs pas uniquement pour les dépenses en ligne, mais touche l’ensemble de la consommation. Par rapport aux résultats de la même enquête en mars 2022, le nombre de ménages réduisant leur consommation a en effet fortement augmenté. En outre, de nombreux ménages prévoient de réduire encore leurs dépenses dans les mois à venir: de 44% déclarant faire des économies sur les dépenses quotidiennes (nourriture et épicerie) en mars, on est passé à 57%. Et 60% prévoient d’en faire dans les six prochains mois.

Lire aussi > Et si on ne payait pas nos factures d’énergies ? [VIDEO]

D’après ING, cette « extrême prudence » des ménages trouve sa source dans la crise énergétique. La facture énergétique a d’ailleurs plus que doublé pour 40% des Belges au cours des six derniers mois. Le nombre de ménages prenant des mesures pour économiser l’énergie et tenter de réduire l’impact de la hausse des prix a dès lors augmenté, passant de 77% en mars à 86% aujourd’hui. Plus de six sondés sur dix indiquent notamment baisser le chauffage, tandis que 40% des répondants se disent plus économes avec l’utilisation d’appareils électriques, comme le lave-vaisselle.

Lire aussi > Les factures d’énergie des Belges ont déjà augmenté de… 8 milliards d’euros

« Cela aura un impact sur les ventes en ligne dans les prochains mois, ainsi que sur la croissance économique en Belgique », prévient la banque. « L’économie belge s’est déjà légèrement contractée (-0,1%) au troisième trimestre, et cela devrait continuer dans les prochains trimestres. Nous prévoyons que la croissance économique sera négative en 2023. »

Avec Belga

CIM Internet