Paris Match Belgique

Blanchiment d’argent et financement du terrorisme : la plus grande banque australienne prend cher

La banque est la plus importante d'Australie. | © AFP PHOTO / William WEST

Economie

Bérézina à la Commonwealth Bank australienne : après les accusations de violation des lois sur le financement du terrorisme, elle est mise en cause pour blanchiment d’argent.

C’est la série noire depuis le début du mois pour la Commonwealth Bank, premier prêteur d’Australie et sa première entreprise par capitalisation boursière : après avoir été assignée en justice pour violation des lois sur le financement du terrorisme, il s’avère qu’elle n’a pas non plus surveillé correctement ses transactions internationales et risque les foudres des régulateurs étrangers, selon un rapport interne révélé vendredi par Sky News Australia.

La banque a été assignée par le service du renseignement financier Austrac devant la Cour fédérale, accusée d’avoir contrevenu 53 700 fois aux lois sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, en particulier avec ses automates de dépôts d’espèces. Selon un rapport interne de la CBA obtenu par la télévision, les procédures de surveillance en vigueur dans la branche qui s’occupe de clients à l’international (entreprises, gouvernements) étaient inexistantes ou minimales sur près de deux tiers de son activité. Cette branche a réalisé 1,31 milliard de dollars australiens de bénéfice sous-jacent (872 millions d’euros) pour l’exercice 2017.

 ©AFP PHOTO / Saeed KHAN – Ian Narev, CEO de la Commonwealth Bank.

Ces nouvelles accusations signifient que la CBA pourrait se retrouver dans le viseur de régulateurs étrangers pour défaut de surveillance des transactions, y compris à Singapour, Hong Kong, Shanghai, Tokyo, Londres et New York. Ce rapport a été présenté à la direction de la banque au mois de février. La CBA est déjà en pourparlers avec certains gendarmes de la finance comme à Hong Kong et aux États-Unis, ajoute Sky News. La CBA a réagi en expliquant que le rapport était un « document de travail » dans lequel figuraient des propositions de changement comme l’automatisation de tâches jusqu’à présent manuelles. La banque a décidé d’un « programme d’action » qui comprend « des investissements dans des systèmes pour renforcer la surveillance des transactions en Australie et dans les juridictions offshore« .

Avec Belga

CIM Internet