Paris Match Belgique

L’éléphanteau belge né le jour de Noël baptisé Suki

Vidéo Environnement

Un éléphanteau est né le jour de Noël à Planckendael. Après avoir attendu le vote du public pour connaître son nom, le parc animalier vient de le dévoiler.

 

May Tagu est un maman heureuse. Cette éléphante d’Asie a donné naissance le 25 décembre à un bébé éléphant femelle. Pour le parc de Planckendael, situé à proximité de Malines, c’est un moment important : l’éléphant d’Asie est menacé d’extinction et le parc animalier participe à un programme international d’élevage des éléphants d’Asie.

Lire aussi > Thaïlande : ces éléphants qui font le show pour les touristes

Le parc avait ensuite décidé de laisser au public le choix de voter via sa chaine Youtube entre trois noms : Suki, Sumalee ou Sawadee. Les éléphants nés en 2017 doivent en effet porter un nom commençant par la lettre S. Et le résultat est tombé aujourd’hui : environ 14 000 personnes ont voté pour l’un des trois prénoms proposés par les soigneurs. Plus de 70% d’entre eux ont finalement choisi Suki, ce qui signifie « bien-aimée ».

Lire aussi > Plutôt que de jeter son sapin de Noël, on le donne à un éléphant

Suki se porte bien et a été acceptée par toute sa famille, se réjouit Planckendael. C’est le deuxième bébé de May Tagu. Le premier, baby Q, était décédé quelques semaines après sa naissance, en 2015. Chang, le père de Suki, a déménagé à Copenhague, après avoir également fécondé la mère et la soeur de May Tagu, qui doivent prochainement mettre bas.

L’éléphantelle de May Tagu est observable par le grand public depuis le mercredi 27 décembre. Une jolie activité à faire en famille pour ce parc ouvert 365 jours par an.

L’éléphant d’Asie, une espèce plus qu’en danger

Comme le rappelle le WWF, l’éléphant d’Asie n’occupe plus aujourd’hui que 15% de son habitat d’origine. Plus grand animal du continent, il se distingue de son cousin africain par des oreilles plus petites, toujours en mouvement et une absence de défenses chez les femelles. Si le braconnage reste un fléau, même s’il est moindre qu’en Afrique, c’est surtout la disparition des forêts et la pression démographique  qui se révèlent les raisons principales de cette situation inquiétante pour un animal qui est pourtant un symbole mythique en Asie. Pour les Hindous, par exemple, il est incarné par Ganesh, le dieu de la connaissance et de la sagesse. D’après les estimations, il n’y aurait plus que 40 000 à 50 000 individus à l’état sauvage.

CIM Internet