Paris Match Belgique

500 ans après, on sait enfin ce qui a tué les Aztèques

aztèques

La cause du "cocoliztli" n'est plus un mystère. | © Flickr/N8

Environnement

Les scientifiques ont résolu l'un des plus grands mystères de notre Histoire. En 1545, une épidémie dévastatrice s'abattait sur les Aztèques. Si son nom était déjà connu, sa cause restait encore inconnue, jusqu'à aujourd'hui.

Le "cocoliztli", l'une des épidémies les plus dévastatrices de tous les temps. En 1545, les Aztèques sont touchés par une maladie mystérieuse. Fièvres, maux de tête, saignements des yeux, de la bouche et du nez... Les symptômes sont impressionnants et leur conséquence aussi : ils menaient à la mort au bout de trois ou quatre jours. En l'espace de cinq ans, 15 millions de personnes, soit près de 80% de la population aztèque, sont décédées de la sorte au Mexique actuel. En langue aztèque, "cocoliztli" signifie peste. Depuis près de 500 ans, la cause de cette épidémie exterminatrice était inconnue. Des scientifiques ont émis une théorie lundi 15 janvier, rapporte The Guardian.

Lire aussi > Tigre de Tasmanie : Une étude révèle la véritable raison de sa disparition en 1936

Ils ont définitivement balayé la variole, la rougeole, les oreillons et la grippe comme suspects, pour finalement identifier une "fièvre entérique" semblable à la typhoïde. "Le cocoliztli de 1545 à 1550 a été l'une des nombreuses épidémies affectant le Mexique après l'arrivée des Européens, mais il a été la deuxième des trois épidémies les plus dévastatrices et a entraîné le plus grand nombre de pertes humaines », a expliqué Ashild Vagene de l'Université de Tuebingen en Allemagne, au journal britannique. La peste de 1545 a touché le Mexique et une partie du Guatemala actuels seulement 20 ans après une épidémie de variole qui avait déjà tué 5 à 8 millions de personnes. De 1576 à 1578, une troisième épidémie a ensuite tué la moitié de la population restante.

Après plus d'un siècle de débat, c'est l'analyse d'ADN sur les dents de victimes qui a permis de mettre les scientifiques d'accord sur l'origine de cette épidémie, considérée comme l'une des plus meurtrières de l'histoire.

La responsabilité des Européens

En découvrant le Nouveau Monde, les colonisateurs européens ont apporté des germes contre lesquelles la population locale manquait d'immunité, ainsi que des animaux domestiques. Ces derniers seraient bien les coupables d'après les scientifiques. En analysant l'ADN extrait de 29 squelettes, ils ont trouvé des traces de salmonella enterica, une bactérie pouvait causer la fièvre entérique et présente en Europe au Moyen-Âge. Les chercheurs expliquent que de nombreuses traces de salmonelles se sont propagées via la nourriture ou l'eau contaminée, et pourraient avoir voyagé au Mexique avec les animaux apportés par les Espagnols. "Nous ne pouvons pas affirmer de manière certaine que cette bactérie est la cause de cette épidémie », explique l'une des membres de l'équipe, Kirsten Bos au Guardian. "Nous croyons qu'elle devrait être considérée comme un candidat fort ».

CIM Internet