Paris Match Belgique

Comment Donald Trump a sauvé les requins en leur souhaitant la mort

Photo d'illustration. | © Flickr @U.S. Fish and Wildlife Service Headquarters

Environnement

En déclarant souhaiter la mort des requins qu’il déteste au plus haut point, Donald Trump a finalement contribué à les sauver d’une certaine façon, puisque depuis, des associations pour la protection des requins ont enregistré de nombreux dons.

 

« Je donne à plein d’organismes de bienfaisance mais jamais je ne ferai de dons à des associations qui aident les requins. Je souhaite que tous les requins meurent ». Telle est la déclaration choc de Donald Trump à la pornstar Stormy Daniels (de son vrai nom Stephanie Clifford), qui aurait eu une aventure avec lui en 2006. Des propos de 2011 qui ressurgissent aujourd’hui sur le site In Touch Weekly  qui revient sur la haine de Donald Trump envers les requins. Stormy Daniels a déclaré que l’actuel président des États-Unis était « obsédé » et « terrifié » par les requins. Bien que cette haine des squales soit mise en lumière aujourd’hui, elle n’est pourtant pas nouvelle.

En 2013 déjà, Trump tweetait ne pas être « fan » des requins et qu’ils étaient les « derniers » sur sa liste, avec « les perdants et les haineux de ce monde ». Plus récemment, en novembre 2017, il s’était attiré les foudres des défenseurs de l’environnement après avoir mangé de la soupe d’ailerons de requin lors d’une visite au Vietnam. Sans compter ses petits week-ends dans sa propriété floridienne de Mar-a-Lago qui nuisent aux requins.

Lire aussi > Les dents de l’amer : les requins, méconnus et mal-aimés

Et depuis que ses déclarations ont été rendues publiques par In Touch Weekly, le site MarketWatch a rapporté que de nombreux dons avaient été versés à des associations à but non lucratif dédiées à la protection des requins, notamment à l’Atlantic White Shark Conservancy et à la Sea Shepherd Conservation Society. « Alors que des centaines de millions de personnes nagent dans les océans chaque année, les requins tuent seulement cinq personnes par an. (…) C’est en fait plus dangereux de jouer au golf que d’aller nager dans l’océan avec des requins » a déclaré Paul Watson, fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society, faisant un clin dœil au président américain, connu pour être un passionné de golf. Et d’ajouter que son association avait reçu un « un certain nombre » de dons de bienfaiteurs accompagnés de commentaires tels que « à cause de Trump » ou encore « après avoir lu l’article sur Trump où il disait qu’il espérait les voir mourir »Cynthia Wilgren, directrice générale et cofondatrice d’Atlantic White Shark Conservancy a quant à elle déclaré : « Nous recevons des dons au nom de Trump depuis la publication de cette interview (…) C’est assurément un challenge de récolter des fonds pour une espèce que la plupart des gens craignent ». Alona Rivord, directrice de la communication de Shark Savers, organisme dédié à la sauvegarde des requins et des raies Manta, a également déclaré à The Verge avoir eu « quelques dons récents pour les requins qui mentionnaient spécifiquement Trump ».

Lire aussi > Le génocide silencieux des requins

Comme le souligne Watson de la Sea Shepherd Conservation Society, même si les remarques de Trump relèvent de l’ignorance, elles auront tout de même eu un impact positif : « Tout ce qui attire l’attention sur le sort des requins dans le monde est précieux, donc je suppose que le président a fait du bon boulot ». En quelque sorte, oui. Et de rappeler que chaque année, ce sont 75 millions de requins qui sont tués pour leurs nageoires et sont ensuite rejetés dans la mer où ils ne peuvent plus nager et coulent ainsi vers le fond avant de sombrer dans la mort ou de finir mangés par d’autres prédateurs. Les requins sont aussi tués pour leur peau qui sert à fabriquer des chaussures, des sacs et des ceintures. Et l’huile de foie de requin est utilisée comme complément alimentaire et dans certains produits de beauté comme les rouges à lèvres.

Les requins sont des « superprédateurs » naturels essentiels dans l’écosystème marin. S’ils s’éteignent, les humains ne seraient pas trop loin derrière alerte Watson. Et « si les océons meurent, nous mourons tous aussi ».

Mots-clés:
Donald Trump requins
CIM Internet