Paris Match Belgique

La pollution, la face cachée de Tulum

tulum

60m2 d'ordures pourrissent sur le sol de la jungle. Et la surface ne cesse d'augmenter. | © Capture d'écran YouTube

Environnement

Appelé le « joyau du Mexique », Tulum est présenté comme un véritable paradis hippie chic, mais à quelques kilomètres de la plage, se cachent des montagnes de déchets.

Tulum fait rêver tous les vacanciers en quête de plages de sable blanc, d’eau turquoise et de farniente. Surfant sur la vague « bohème », le joyau du Mexique est passé d’un simple petit village de pêcheurs à l’endroit hippie chic le plus à mode aujourd’hui. Mais à quel prix ? Selon la réalisatrice Rachel Appel, Tulum a perdu quelque chose dans son ascension vers le sommet. Dans son prochain documentaire intitulé The Dark Side of Tulum, elle révèle la pollution qui détruit la destination phrase d’Amérique centrale.

Lire aussi > Entre flamants roses et eau turquoise : Isla Holbox, le trésor caché du Mexique

« Les gens viennent à Tulum parce que c’est un ‘havre écologique’, mais c’est une façade. Il est en train de se détruire. Certains endroits font de leur mieux, mais pour l’instant c’est vraiment cher d’être vraiment durable ici », explique la réalisatrice indépendante qui a lancé un crowdfunding pour diffuser son documentaire au plus grand nombre. Ce dernier explore « la beauté et la trahison de Tulum, et ce qu’on peut faire pour le sauver »

Bombe à retardement

Comme beaucoup d’autres destinations « tendances », Tulum s’est construit rapidement, sans penser au futur et aux conséquences. Afin de garder le rythme touristique toujours plus grandissant, les hôtels et les restaurants de la région ont commencé à déverser les eaux usées brutes dans les rivières et à faire fonctionner des générateurs diesel jour et nuit. Une immense décharge à ciel ouvert a ensuite vu le jour progressivement à quelques kilomètres du centre-ville. Ces images impressionnantes et en nette contradiction avec l’esprit « bohème » de la ville effraient les locaux qui parlent de bombe à retardement dans les médias.

tulum
The Dark Side of Tulum

Mon conseil pour les personnes qui souhaiteraient investir ici : vous ne pouvez pas le faire au détriment de la beauté de cet endroit.

Ces paroles du biologiste Olmo Torres Talente, ils sont nombreux dans la sphère scientifique, environnementale et même touristique à les prononcer haut et fort. « Cette jungle est incroyable, elle est pleine de vie, et nous la détruisons à un rythme dévastateur », regrette de son côté Heather Froeming, membre de l’organisation locale « No Mas Plastik ».

Perdurer et non arrêter

Avec son documentaire environnemental, Rachel Appel veut également proposer des solutions. « Nous n’essayons pas de mettre fin au tourisme à Tulum. Au contraire, nous essayons de le rendre durable afin que l’intérêt pour la ville dure éternellement, et pas seulement pour les 10 prochaines années », explique-t-elle. Après avoir identifié les solutions de certains problèmes les plus urgents et établi les objectifs durables que les entreprises peuvent atteindre, la réalisatrice espère de véritables changements.

Mots-clés:
pollution Mexique Tulum
CIM Internet