Paris Match Belgique

Pourquoi la Belgique ne sera pas frappée par un vortex polaire

Les températures pourront atteindre les -20°C dans les Hautes Fagnes. | © The Shining, Stanley Kubrick. Hawk Films/Peregrine

Environnement

Même si les prochaines chutes de température en Belgique sont bien les conséquences d’un vortex polaire, ce n’est pas lui qui touchera le pays, mais bien un anticyclone.

 

Alors qu’un vent glacial souffle sur la Belgique, prédisant l’arrivée de grandes vagues de froid, certains ont frissonné en entendant parler d’un possible « vortex polaire ». Un terme qui fait froid dans le dos, mais que dément pourtant David Dehenauw, chef de travaux à l’Institut royal météorologique (IRM) de Belgique. « Il y en a bien un qui se forme autour du Pôle Nord, mais il n’arrivera pas en Belgique. Il sera remplacé par un anticyclone », précise-t-il.

Si les mots « vortex » autant que « polaire » font craindre les plus frileux, qu’ils se rassurent. De ce « tourbillon de vents froids », nous ne ressentirons que les effets.

Air glacial

Il s’agit d’un « tourbillon de vents froids, des courants brusques, localisé le plus souvent près d’un des pôles géographiques de la planète », explique le météorologue. Ces vents, tournés vers l’est, ont tendance à se propager vers le bas, vers la terre.

Lire aussi > Blanc manteau : Ces plages d’Europe sous la neige

Le vortex, en se dirigeant vers l’Europe, va se transformer et seuls ses effets secondaires, caractérisés par un air glacial, seront ressenti dans le plat pays. Entre -5 et -20 degrés, les températures les plus fraîches sont attendues dans le courant de la semaine prochaine. Pas sûr, cependant, que le thermomètre descende aussi bas, précise David Dehenauw, « il faut notamment que le ciel soit dégagé ».

BELGA PHOTO NICOLAS MAETERLINCK

Gelées nocturnes

« On peut s’attendre à ce que des gelées nocturnes s’étalent sur une dizaine de jours », ajoute le météorologue. Une situation loin d’être exceptionnelle en Belgique, rappelle-t-il, précisant qu’une vague de froid semblable s’était déjà produite dans le pays en 2009 et 2013.

Lire aussi > Du jamais vu depuis 29 ans : il a neigé en Floride

En effet, le mois de mars de l’année 2013 a été enregistré comme étant le mois de mars le plus froid depuis 1962, avec une température moyenne de 3°C. À cette époque, les sols sont restés gelés durant 18 jours, soit une période de givre trois fois plus longue par rapport aux années précédentes.

CIM Internet