Paris Match Belgique

Chez les singes, la taille (du nez) compte

Les singes au long nez ont souvent de grosses testicules, favorisant ainsi la fertilité. | © chem7

Environnement

On a beau dire que chez l’homme, ce n’est pas la taille qui compte, dans la société primate, les Don Juan pourraient bien ressembler à Pinocchio. 

 

Un poil trop court, et la foule de ces dames primates s’éparpille. Chez les nasiques, race de singes arboricoles connus pour leur long nez, la taille de ce membre influencerait la vie sexuelle. Pour ces primates, qui dit long nez, dit muscles saillants et gros testicules, puisque les membres du nasique grandissent proportionnellement.

Lire aussi > Un concours rassemble les photos les plus drôles d’animaux et leur humour est sauvage

Et lorsque les testicules sont plus grands, la quantité de spermatozoïdes augmente et avec elle, la fertilité, décrypte National Geographic. Rien d’étonnant donc si dans ces sociétés dictées par l’instinct de survie et de procréation, les femmes sont plus facilement attirées par ces mâles au nez imposant.

Un véritable instrument

Au moment de s’accoupler, le singe mâle émet un appel pour charmer sa belle. Et l’instrument d’un tel signal est encore une fois le nez. Aucun son mélodieux ne pouvant s’échapper de petites narines, les mâles aux traits faciaux plus délicats sont alors évincés. Il n’est pas rare de voir se former des groupes de célibataires.

©Peter Gronemann

Instinct de survie

Dans les forêts tropicales ces singes sont actuellement en voie d’extinction. C’est qu’à Bornéo, elles disparaissent peu à peu, depuis le début de la déforestation massive en 1960. Les industries du bois et de l’huile de palme sont à tel point lucratives qu’elles prennent le pas sur la jungle, réduisant ainsi l’habitat naturel des singes. Les femelles, menacées par l’homme, n’ont alors d’autre choix que de préférer les mâles plus fertiles, dont le nez vaut bien celui de Cyrano de Bergerac.

©LouiseGoggin
CIM Internet