Paris Match Belgique

En Iran, la chasse aux oiseaux migrateurs tourne au massacre

Parmi les espèces visées, la Grue de Sibérie pourtant désignée comme étant gravement menacée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). | © Flickr : Alastair Rae

Environnement

Les conservateurs tirent la sonnette d'alarme face à un massacre sans précédent d'espèces rares et menacées.

 

Si rien n'est fait rapidement, certaines espèces migratrices menacées d'extinction pourraient disparaître très bientôt. C'est le cri d'alarme de ces défenseurs de l'environnement qui, dans un article paru dans la revue Science, s'inquiètent d'un massacre perpétré chaque année.

Cibles de choix pour les chasseurs locaux

Sur les terres humides de Fereydunkenar, site unique de préservation de la faune d'Iran, un million d'oiseaux sauvages sont abattus illégalement tous les ans. Censés servir de lieux de repos pour les espèces pendant l'hiver, les trois lagunes Fereydunkenar, Sorkhrud et Azbaran sont devenues de véritables sites d'abattage, alerte The Guardian. Parmi les espèces visées, la Grue de Sibérie pourtant désignée comme étant gravement menacée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Ainsi que les canards à tête blanche, les oies à poitrine rousse, les oies naines, les vanneaux huppés et les rapaces hivernants comme les faucons.

Lire aussi > Tout quitter pour surveiller des flamants roses aux Bahamas

"Environ 3 000 de ces oiseaux sont actuellement tués chaque jour par des chasseurs locaux pour être vendus sur les marchés locaux", explique Jamshid Parchizadeh, un défenseur de l'environnement iranien, et Samual Williams, zoologiste de l'université de Venda en Afrique du Sud. "Cela pourrait avoir des effets catastrophiques sur les espèces qui dépendent de cet écosystème", soulignent-ils dans la lettre publiée dans Science. L'ampleur du massacre de Fereydunkenar est stupéfiante, a déclaré M. Williams au journal britannique. "Il pourrait s'élever à un million d'oiseaux tués chaque année, à savoir la moitié des oiseaux d'eau qui visitent ces sites".

Une oie à poitrine rousse. © Flickr : johnisart

Chasse fructueuse mais illégale

La plupart des oiseaux qui visitent ces régions sont tués pour leur chair. Néanmoins, certains sont vendus à des collectionneurs ou des taxidermistes. Aussi, l'abattage de ces oiseaux a été facilité au fil des années grâce à l'utilisation de filets en plastique invisibles par les oiseaux mais qui permettent de capturer des douzaines d'entre eux. "Ces filets ont permis aux gens d'attraper de plus en plus d'oiseaux", a déclaré Williams.

Lire aussi > À 9 ans, un petit garçon se passionne pour la taxidermie

Si la chasse est illégale, rien n'est fait pour l'arrêter, précise les conservateurs. "Le département iranien de l'environnement n'a pas encore été capable de freiner ces activités illégales et les autorités se montrent coriaces face aux gardiens de la faune qui tentent d'appliquer les lois existantes pour réduire cette chasse", déplorent-ils.

CIM Internet