Paris Match Belgique

La sortie du nucléaire traîne, mais les pastilles d'iode sont là

Les pastilles restent efficaces pendant dix ans | © BELGA PHOTO THIERRY ROGE

Environnement

C'est officiel : désormais, tout le monde peut se procurer gratuitement en pharmacie des pastilles d'iode pour se protéger contre le cancer de la thyroïde en cas d'accident nucléaire. La date de la sortie du nucléaire en Belgique, elle, se fait par contre toujours attendre. 

Et une partie croissante de la population s'impatiente. En tête du mouvement, Ecolo, pour qui la sortie est tout à fait envisageable -et nécessaire- à l'horizon 2025. Sans compter que selon les Verts, il s'agit là également de l'option la moins chère. La ligne de défense évoquée pour la prolongation du nucléaire jusqu'en 2028 est en effet le coût d'une fermeture anticipée. Or, selon Ecolo, cette théorie est bancale. En cause, une surévaluation des coûts des alternatives couplée à une sous-évaluation des coûts de la prolongation des réacteurs. Sans compter un oubli de la prise en compte du coût économique de la "menace" nucléaire.

Une sortie du nucléaire est non seulement nécessaire pour des raisons de sécurité et de société, mais aussi possible en 2025 sans impact majeur sur nos émissions de gaz à effet de serre ni sur la facture, même en continuant à ignorer le coût-vérité du nucléaire.
Jean-Marc Nollet

Car selon les opposés au maintien du nucléaire, non seulement la sortie est l'option la moins coûteuse, mais en plus, les impacts de l'abandon de l'énergie nucléaire sur les gaz à effet de serre ne seraient pas aussi importants que l'on pourrait le craindre. Reste que pour apaiser les craintes de la population, le nouveau plan de sécurité nucléaire du ministre de l’Intérieur Jan Jambon prévoit que dès ce mardi, toutes les pharmacies du pays pourront distribuer gratuitement des pastilles d'iode. Leur but : saturer la glande thyroïdienne d'iode afin d'empêcher qu'elle n'absorbe de l'iode radioactif en cas d'accident nucléaire majeur. Les femmes enceintes et les enfants sont particulièrement exposé à ce risque, qui peut être diminué en ingérant les pastilles dans les 12 heures qui suivent l'alerte.  Sachant que les pastilles d'iode sont valables au moins dix ans, reste à savoir s'il faudra s'en procurer à nouveau en 2028 où si le nucléaire ne sera plus qu'un souvenir d'ici là en Belgique.

CIM Internet