Paris Match Belgique

À Bali, ce plongeur nage dans un océan de déchets (VIDEO)

océan pollution

L'Indonésie est le deuxième producteur mondial de déchets marins, après la Chine. | © Capture d'écran

Environnement

Rich Horner pensait observer les poissons et tortues au large de l’île de Bali, réputée pour sa plongée sous-marine. À la place, il est tombé sur un océan de déchets plastiques.

Life in plastic, it’s not fantastic. La virée sous-marine de Rich Horner en est la preuve. Le 3 mars dernier, le Britannique a plongé dans les eaux turquoises de Nusa Penida, une île au large de Bali. Alors qu’il devait découvrir les coraux et la diversité des poissons présents dans ce bout de paradis, le plongeur est tombé sur autre chose. Sur sa page Facebook, il partage le « joli cadeau » apporté par les courants : « méduses, plancton, feuilles, branches, bâtons, etc. Oh, et un peu de plastique ». Bouteilles, sachets, pailles, sacs, gobelets… Des images interpellantes et inquiétantes qui montrent l’ampleur du désastre environnemental, qu’est la pollution des océans, surtout dans cette région.

Lire aussi > La pollution des océans a donné le goût du plastique aux poissons

« Le lendemain, ils avaient disparu, emportés par le courant, comme ils sont arrivés. Malheureusement, le plastique continue son voyage dans l’Océan Indien, pour se séparer lentement en petits morceaux », conclut le plongeur. Pour lui, cette découverte n’est pas normale. S’il voit des « nuages de plastique » de temps en temps en saison humide, Rich Horner souligne qu’il n’en a jamais vu autant. Mais d’où vient tout ce plastique ? Des égoûts de villes côtières et des rivières quand il y a de fortes pluies, précise-t-il dans sa publication. Cette marée de plastique provient d’après lui d’une grosse tempête, entraînée par les vents et les courants océaniques. Une arrivée naturelle pour une pollution qui ne l’est pas.

La pollution, ce fléau

À Bali, et en Indonésie en général, les déchets sont un problème majeur. Avec 1,29 million de tonnes par an jetées en mer, l’archipel d’Asie du Sud Est est le deuxième producteur mondial de déchets, après la Chine. Une pollution qui provoque des dégâts immenses sur les écosystèmes et la santé des habitants. Sur l’île la plus touristique du pays, le phénomène s’est aggravé, obligeant les autorités locales à déclarer l’état d’urgence sur plusieurs plages très populaires : Kuta, Seminyak et Jimbaran. Chaque jour, des centaines d’employés et plus de 30 camions ramassent environ 100 tonnes d’ordures sur les plages pour aller les déverser dans une décharge proche.

Lire aussi > #CleanSeas : une campagne mondiale pour diminuer le plastique dans les océans

Pour lutter contre ce fléau, l’Indonésie s’est engagée à réduire sa pollution marine de 70 % d’ici à 2025. Comment ? En augmentant le recyclage des détritus, quasi inexistant pour le moment, avec des campagnes de nettoyage et en réduisant l’utilisation des sacs en plastique dans le commerce de détail.

 

CIM Internet